Ils simulent une mission sur Mars… dans l’Utah

L'entreprise Mars society a installé un camp de recherches en plein désert américain, pour simuler les conditions de vie sur Mars. Six scientifiques y vivent actuellement en autarcie.

0
5929
6 scientifiques vivent en autarcie dans le désert de l'Utah pour simuler une mission sur Mars - Crédit : Mars Society ©DR

Décidément, Mars est l’objet de toutes les convoitises. Pendant que Curiosity, le petit robot de la Nasa, explore son sol pour y trouver d’éventuelles traces de vie passée, sur terre, des scientifiques se préparent au grand voyage. L’entreprise privée Mars Society, à but non lucratif, espère bien être la première à envoyer des hommes sur la planète rouge. Et parce qu’un tel périple s’avère risqué, la société a installé une sorte de camp d’entraînement… en plein désert !

Personne pour secourir les scientifiques en fausse mission sur Mars

Situé dans les plaines sableuses de l’Utah, aux Etats-Unis, la « Mars desert research station » accueille, depuis 2002, des équipes de volontaires pour tester les conditions de vie spatiales. Actuellement, six scientifiques y vivent en autarcie, avec des réserves d’eau et de nourriture limitées, exactement comme s’ils étaient sur Mars. Lorsqu’un imprévu survient et que leur survie est menacée, ces chercheurs doivent trouver une solution sans aide extérieure. Une fois là-haut, personne ne viendra les secourir… ou alors, il faudra patienter huit mois, le temps du voyage ! En attendant, ils occupent leur journée à analyser l’environnement, prendre des notes et faire des comptes-rendus. 

Vidéo – Un chercheur explique comment fonctionne les générateurs sur la Mars desert research station

Mars society, Mars One… tous à la conquête de Mars !

Concernant la conquête de Mars, une autre société privée, Mars One, est déjà sur le coup. Son projet est complètement fou : initier la première télé-réalité martienne ! En 2022, elle enverrait une vingtaine de citoyens lambda en mission sur la planète rouge, lesquels seraient filmés en continu. Mais attention, on parle bien ici d’un aller sans retour… Le casting a déjà été lancé. Parmi les intéressés, un jeune chercheur français du CNRS, Thibault.   

Julie Toury