Immobilier: les bonnes affaires de la crise

Le marché immobilier ancien a accusé une chute sévère des transactions: moins 20% en un an! Résultat: les prix ont baissé de 7,8% en 2009 faisant passer le m2 de 2.593€ en moyenne à 2.390€. Revenus au niveau de 2005, aujourd’hui les prix se stabilisent.

0
3407
immobilier ©ThinkStock

«En 2010, les prix ne devraient pas bouger, sauf si les vendeurs se remettent à spéculer, auquel cas on irait vers un gel des transactions!», explique Bernard Cadeau, président du réseau des agences Orpi. Baisse des prix, taux d’intérêts avantageux, prêts à taux zéro pour les primo-accédants, toutes les conditions pour faire de bonnes affaires sont réunies. Et à y regarder de plus près, certaines opérations sont plus intéressantes que d’autres.

Logement ancien: le Sud-Est à la baisse

Sachez que dans l’ancien, les prix ont dévissé sur les petits pavillons. Ainsi, dans le Limousin, région la plus abordable de France, vous pouvez décrocher une maison de 4/5 pièces avec jardin, située à 5min du centre-ville de Limoges
pour moins de 130.000€. Côté logements collectifs, ce sont les studios, pourtant placement favori des investisseurs, qui ont le plus baissé. A Metz,
l’une des villes les moins chères de France, comptez moins de 50.000€ pour un studio de 35m2 que vous pourrez louer environ 390€ par mois.
Et si vous souhaitez vous retirer au soleil, c’est le moment de regarder du côté du Sud-Est, zone géographique qui a vu ses prix fondre de 14, 3% en un an ! Ainsi, à Nice par exemple, comptez désormais 130.000€ pour un petit deux-pièces de 30m2 et non plus 150.000€!

Logement neuf: visez les fins de programme!

Quant au marché du logement neuf, les prix ne devraient pas baisser en 2010, année de pénurie. Les promoteurs, qui se sont retrouvés, ces 2 dernières années, avec une chute faramineuse du volume des ventes, un délai de négociation à rallonge et des biens sur les bras, se montrent aujourd’hui très prudents en limitant volontairement les constructions.
La période où certains promoteurs immobiliers étaient contraints de casser les prix afin de vendre est révolue. «Il y a un an, nous avons assisté à des opérations de Privateimmo.com, un site de ventes d’immobilier neuf à prix discount.
Il n’empêche qu’un acquéreur averti peut toujours saisir de belles opportunités.
Surveillez, par exemple, les «fins de programme», c’est-à-dire les derniers appartements neufs à vendre dans les
fraîchement bâtis, ils sont souvent vendus à des prix défiant toute concurrence. Ainsi, ce T5 situé dans la Zac Longjumeau à Toulouse qui est proposé à la vente à 495.000€ au lieu de 550.000€! Retenez par ailleurs que contrairement aux logements anciens, c’est sur les grandes surfaces que les prix dans le neuf ont le plus baissés !

Le bon plan de l’Espagne

La crise du marché immobilier espagnol est une aubaine pour les acquéreurs étrangers, Français en tête. La Costa Brava, l’équivalent de notre Côte d’Azur, n’étant située qu’à 1h30 de Paris en avion et à 30 min de Perpignan en voiture, est la zone la plus intéressante pour acheter. Là, les prix déjà moins élevés qu’en France, se sont tassés de 10 à 15% en moyenne.
«Il faut compter au minimum 120.000€ pour un 70m2 avec vue sur la mer, 2 chambres, un parking, une terrasse. Un bien qui coûterait plus de 200.000€ sur la Côte d’Azur. Et pour un studio de 30m2, comptez moins de 100.000€», explique Jean-Charles Strahodinsky, directeur de l’agence immobilière Jumaros de Roses près de Gérone. Et surtout sa valeur locative représente à elle seule un bel investissement: de 450 à 500€ la semaine, pour un studio, à 600€ pour un 3 pièces.

Agnès Cerbelaud, Alexandra Da Rocha, Eric Mugneret