Implants PIP: ce que les victimes reprochent aux pouvoirs publics

L’association des femmes Porteuses de prothèses PIP et le Mouvement de Défense des Femmes Porteuses d’Implants et de Prothèses ont dénoncé dans un communiqué l’inaction des pouvoirs publics. Selon elles, ils doivent prendre leur responsabilité et apporter de vraies réponses.

0
15844
Les victimes des prothèses PIP élèvent la voix à l'encontre des pouvirs publics ©ThinkStock

Les victimes des prothèses PIP ne décolèrent pas. Dans un communiqué envoyé samedi à l’AFP, l’association des femmes Porteuses de prothèses PIP et le Mouvement de Défense des Femmes Porteuses d’Implants et de Prothèses estiment que l’Etat doit prendre ses responsabilités et proposer de véritables solutions aux porteuses de prothèses.

L’inutilité des commissions et comités sur les prothèses PIP

Les deux associations dénoncent le fait que l’Etat ait privilégié la création de commission ou de comités plutôt que de trouver de vraies solutions. L’argent dépensé dans de telles organisations aurait du être versé pour aider directement les victimes estiment les associations.

Le comité de suivi mis en place par les autorités sanitaires ne serait que de la « poudre aux yeux » selon leurs dires. L’association des femmes Porteuses de prothèses PIP et le Mouvement de Défense des Femmes Porteuses d’Implants et de Prothèses ne critiquent pas que l’action du gouvernement.

PIP : les dépassements d’honoraires inacceptables des chirurgiens

Les autorités sanitaires avaient enjoint toutes les femmes porteuses à se faire enlever leurs implants. Celles qui avaient eu recours à de la chirurgie réparatrice, voyaient leur explantation complètement prise en charge. Seulement voilà, les chirurgiens pratiquent des dépassements d’honoraire qui obligent les victimes à payer cette opération.

Les associations remettent aussi en cause les chiffres avancés. Selon les autorités dans 95% des cas tout se passe correctement mais les deux collectifs affirment « qu’il faut inverser les pourcentages pour être plus proche de la triste réalité ».

La remise en cause des conséquences des prothèses PIP

Les incidences des implants sur la santé des porteuses ne sauraient se limiter à quelques rares cas d’inflammation selon les deux associations. Elles précisent que certaines maladies, qui ne sont pas des cancers, ne peuvent être la cause que des produits contenus dans les prothèses (gel de silicone par exemple).

A ce jour, près de 8 000 femmes se sont déjà fait retirés leurs implants remplis de gel frelaté selon l’Ansm. 30 000 femmes étaient porteuses de ces prothèses PIP en France. La société fabricante a été mise en liquidation judiciaire en mars 2010 et son fondateur, Jean-Clude Mas, arrêté le 26 janvier 2012 pour blessures involontaires. La société de fabrication utilisait illégalement un gel silicone fait maison en lieu et place d’un gel médical homologué.

Anne-Ségolène Brun