Infertilité : la surconsommation de sodas mise en cause

Une étude américaine établit un lien entre surconsommation de sodas et infertilité. Des résultats qui devront toutefois être complétés par d'autres expériences.

0
3043
La surconsommation de sodas nuirait à la fertilité ©ThinkStock

Décidément, les sodas n’ont pas la cote. Accusés d’augmenter le risque de diabète, de calculs rénaux mais aussi de dépression, ces boissons pourraient également nuire à la fertilité.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs de l’Université de l’Utah et de l’Institut de l’enfance de Californie ont nourri un groupe de souris avec un régime très sucré, composé de sirop de maïs riche en fructose et saccharose. A l’échelle humaine, cela reviendrait à trois canettes de sodas par jour. Un autre groupe de rongeurs avait une alimentation « normale ».

Résultat, le régime riche en sucres a multiplié par deux le taux de mortalité chez les femelles. Les chercheurs ont également constaté que leur fertilité diminuait progressivement. Même conclusion du côté des mâles : non seulement leur force s’est réduite, mais leur capacité à procréer aussi.

Soda et fertilité : une relation déjà mis en avant

Comme toujours, les scientifiques ne veulent pas tirer de conclusions trop hâtives. Les chercheurs rappellent que les résultats observés chez les souris ne s’appliquent pas toujours à l’homme. « Les analyses démontrent les effets néfastes d’une alimentation trop riche en sucre, par des boissons sucrées en particulier. Cependant, les humains ne sont pas des souris et les effets ne seront pas forcément identiques. Inutile de s’inquiéter donc, mais penser aux risques sur la santé déjà établis de la surconsommation de sucre et modérer sa consommation », préconisent les chercheurs.

Cependant, en 2010, une étude danoise avait déjà établi un lien entre la consommation de boissons sucrées et l’infertilité. Après avoir examiné 2 554 jeunes hommes durant leur service militaire, les auteurs de l’enquête avaient constaté que les gros buveurs de sodas avaient un nombre de spermatozoïdes 30 % moins élevé que les autres.

Lire aussi : Sodas light, yaourts 0 %… sont-ils un danger pour les femmes enceintes ?

Mathilde Bourge