Infertilité : le stress double le risque

Selon une étude américaine, les femmes stressées auraient deux fois plus de risque de présenter une infertilité. Les chercheurs conseillent aux personnes concernées de pratiquer la méditation pour chasser leurs angoisses.

0
12663
Les auteurs de l'étude conseillent aux femmes souhaitant concevoir un enfant de pratiquer une activité favorisant la réduction du stress, telle que la méditation ou le yoga. - crédit photo : Image Source White ©ThinkStock

De récents travaux ont mis en avant les méfaits de la surconsommation de sodas et de l’exposition aux pesticides sur la fertilité. Mais les aliments et l’environnement ne seraient pas les seuls facteurs à prendre en considération. Selon une étude de l’Université Ohio State (États-Unis) parue le 23 mars dans la revue Human reproduction, le stress retarderait la grossesse et doublerait le risque d’infertilité chez la femme.

Une femme stressée aurait 29 % moins de chance de tomber enceinte

501 femmes américaines âgées de 18 à 40 ans ont été suivies pendant douze mois – où jusqu’à ce qu’elles deviennent enceintes – par l’équipe du Dr Courtney Denning-Johnson Lynch, directeur du département « épidémiologie de la reproduction » à l’Université Ohio State. Tous les témoins commençaient à essayer de concevoir un enfant et ne présentaient aucun problème de fertilité connu. Par la suite, les échantillons de salive de 373 femmes ont été analysés par les chercheurs afin d’identifier le taux de cortisol et d’alpha-amylase de chaque participante. Ces deux éléments sont des biomarqueurs connus de stress.

Bilan : les femmes présentant un niveau élevé d’alpha-amylase avaient 29 % moins de chance de tomber enceinte par rapport à celles ayant un faible niveau de ces biomarqueurs. Elles avaient également deux fois plus de risque d’être déclarées infertiles. Grâce à cette découverte, les scientifiques comprennent mieux pourquoi certaines femmes parviennent à tomber enceinte après plusieurs mois, voire années, d’essai lorsque l’angoisse de l’échec ou d’élever un enfant les quitte enfin.

Les auteurs de l’étude conseillent aux femmes souhaitant concevoir un enfant d’exercer une activité favorisant la réduction du stress, telle que la méditation ou le yoga. Des pratiques qui peuvent être également suivies pendant la grossesse.

Sur le même thème :

Lire aussi : Ça pue ! Suis-je stressé ?

Lire aussi : Ces aliments qui nous déstressent

Damien Rigat