Infertilité masculine : les phtalates pointés du doigt

Des chercheurs confirment l'impact des phtalates (substances chimiques présentes dans le plastique) sur la production de testostérone, et donc, sur la fertilité masculine. La Commission européenne réfléchit à leur interdiction.

0
3301
Infertilité masculine : les phtalates pointés du doigt ©ThinkStock

On connaissait les effets nocifs des phtalates sur la santé des rats de laboratoire et des fœtus humains, désormais, ils sont reconnus en partie responsables de la baisse de la fertilité chez l’homme ! Ces produits chimiques, présents dans la plupart des objets en plastique souple (PVC), inhiberaient la production de testostérone, l’hormone mâle par excellence, révèle une étude publiée dans la revue britannique Human reproduction. « Nous allumons un signal d’alarme qui doit être intégré par les agences gouvernementales afin de modifier la législation», explique Bernard Jègou, directeur de l’unité de recherche de l’Inserm de Rennes, qui a signé l’étude avec l’Institut national de la recherche agronomique de Toulouse et l’Ecole nationale vétérinaire de Nantes.

Une baisse de 30 % de la production de testostérone

Les phtalates, inhalés ou ingérés au quotidien par ces messieurs, jouent le rôle de perturbateurs endocriniens, en agissant directement au niveau du testicule. Les chercheurs comparent cet attribut masculin à un « petit foie, capable de bio-transformer un phtalate inactif, le DEHP, en phtalates inhibiteurs de la testostérone humaine appelés MEHP ». L’exposition à ces substances aurait pour conséquence une diminution de 30 % de la production de testostérone. Et qui dit baisse de la testostérone, dit baisse du nombre de spermatozoïdes…

Les phtalates, bientôt interdits ?

En 2005, les phtalates ont été interdits dans la fabrication des jouets et des articles de puériculture. Consciente du danger qu’ils représentent, la Commission européenne réfléchit aujourd’hui à la possibilité de bannir leur utilisation dans l’industrie en générale. En attendant que des mesures soient prises, ces messieurs peuvent toujours adopter des réflexes au quotidien pour limiter leur impact. A commencer par ne plus réchauffer des récipients en plastique au micro-ondes…

Julie Toury