INSOLITE : Découverte d’une tombe d’un prince celte

Le passé n’a pas encore livré tous ses vestiges. L’institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) dévoile la découverte d’une tombe d’un prince celte, dans l’Aube, près de Troyes.

0
910
Les fouilles de l’Inrap devraient s’achever d’ici fin mars. ©DR

Alors que les habitants du petit village de Lavau, dans l’Aube près de Troyes, n’ont même pas « une église, un cimetière, ni même un bar », témoigne Mireille, quelle ne fût pas leur surprise quand l’Institut de recherches archéologiques préventives (Inrap) a mis au jour, ici même, les vestiges d’une tombe d’un prince celte, et une multitude de trésors comme des sépultures, des parures ou encore des poteries, vieux de quelques millénaires.

Des trouvailles « exceptionnelles », estime l’Inrap dans un communiqué mercredi 4 mars 2015, qui avait commencé les fouilles en octobre dernier, à la demande de l’Etat. La tombe qui date de la fin du Premier âge de Fer (période du Hallstatt) fait partie d’une vaste nécropole, déjà connue pour des tombes de l’âge de Bronze, de l’âge du Fer et même de la période gallo-romaine, située dans la zone artisanale et commerciale de la petite commune de Lavau.

Des objets bientôt entreposés au musée de Troyes ?

Le « prince celte », dont les restes n’ont toujours pas été dégagés, se trouve au centre d’un tumulus de 40 mètres de diamètre au côté de son char dans une chambre funéraire de 14 mètres carrés, une taille exceptionnellement grande. Les ossements ont été retrouvés avec un fourreau, ce qui laisse penser à un homme, « probablement un prince celte local », souligne Dominique Garcia, président de l’Inrap. A côté une autre sépulture, dans lequel se trouvait le squelette d’une femme. « Il est tout à fait possible qu’il y ait des liens de parenté entre ces deux personnages » estime Bastien Dubuis, responsable du chantier.

Les fouilles de l’Inrap devraient s’achever d’ici fin mars. Les objets découverts, qui datent pour la plupart du Ve siècle avant notre ère, appartiennent pour moitié à l’Etat et pour moitié à Lavau. « Ce serait bien que ces objets soient pris en charge par le musée d Troyes » souhaite Yves Dauvet, Premier adjoint au maire de Lavau.

Laurie Ferrère