INSOLITE- L’Egypte soupçonne une cigogne française d’espionnage !

La semaine dernière, la police égyptienne a mis en prison une cigogne. L’animal, qui avait une balise électronique française sur le dos, a été suspecté d’espionnage.

0
2502
Une cigogne française derrière les barreaux en Egypte ©sipa

La semaine passée, les autorités du gouvernorat de Qena, à 450 km au sud du Caire, ont reçu un pêcheur très inquiet, accompagné… d’une cigogne. L’homme, préoccupé par le boîtier électronique qu’il apercevait sur le dos de l’animal en vol, a décidé de le capturer et de l’amener aux policiers.

L’homme a été accueilli avec sérieux. Craignant qu’il s’agisse d’une bombe ou d’un dispositif d’espionnage, l’échassier a aussitôt été placé derrière les barreaux.

Samedi, le vétérinaire venu examiner la bête a affirmé que ce boîtier n’était rien de tout cela. Il s’agissait en fait d’une cigogne étudiée par des scientifiques français et, sur son dos, rien de plus qu’une balise pour suivre les déplacements de ces oiseaux migrateurs. Le capteur avait d’ailleurs cessé de fonctionner à l’instant où la cigogne avait dépassé le territoire français.

Rassurées, les autorités de la région du Qena ont décidé de laisser l’oiseau sortir de prison. C’était sans compter sur les délais imposés par l’administration, puisque la police doit, avant de relâcher un prisonnier, recevoir l’autorisation du procureur. Selon Lepoint.fr, l’oiseau est toujours enfermé aujourd’hui.

Cette anecdote s’inscrit dans un climat très tendu en Egypte, où tout et tout le monde est suspecté de vouloir mettre en difficulté le pouvoir en place…

Solène Medjeri