INSOLITE – Une brasserie dans son ventre

Un Américain a été admis aux urgences complètement ivre. Pourtant, l’homme de 61 ans assure qu’il n’a pas bu d’alcool. Il est en fait atteint du syndrome d’auto-brasserie : à chaque fois qu’il consomme trop d’amidon, il devient pompette.

0
3715
Le syndrome d’auto-brasserie est une pathologie rare mais déjà détectée par le passé. ©ThinkStock

Il est possible d’être rond sans boire une goutte d’alcool. Le site de la NPR – une radio des États-Unis -, a publié hier sur son site une histoire surprenante, relayée aujourd’hui par le blog du Monde Big Browser. Au Texas, un homme de 61 ans est devenu complètement ivre sans consommer d’alcool. Il est atteint du syndrome d’auto-brasserie : s’il mange ou boit une substance à base d’amidon, son estomac le transforme et il devient pompette.

Son estomac fonctionne comme une brasserie

Un dimanche matin, un homme tombe dans une salle d’attente des urgences. Pour les infirmières, aucun doute, il a trop bu. Elles le font souffler dans un éthylotest : 0,37 % d’alcool dans le sang. Le patient est très surpris. Il assure qu’il n’a pas consommé d’alcool de la journée. Barbara Cordell, doyenne des soins infirmiers du Panola College (Carthage, Texas) et le Dr Justin McCarthy, gastro-entérologue à Lubbock (Texas), le prennent au sérieux et décident de l’observer d’un peu plus près. Pendant 24 heures, l’homme est isolé dans une chambre et invité à consommer de la nourriture riche en glucides. Pendant tout ce temps, il n’a accès à aucun alcool mais, bizarrement, son taux d’alcoolémie augmente.

Il est en fait atteint d’un syndrome dû à une infection causée par la levure de boulanger et de bière (Saccharomyces cerevisiae). En résumé, son estomac fonctionne comme une brasserie. S’il consomme du pain, des pâtes ou tout autre aliment/boisson contenant de l’amidon, la levure fermente les sucres en éthanol et il devient de plus en plus ivre.

> Lire aussi : Ils inventent la bière anti-gueule de bois

Barbara Cordell et le Dr McCarthy ont récemment signalé au Journal international de médecine clinique ce « syndrome d’auto-brasserie ». Une pathologie rare mais déjà détectée par le passé. Dans un article publié en 1998, The Independent recommandait aux personnes infectées de proscrire levure, sucre et glucides raffinés de leur alimentation pour éviter d’être pompette.

> Lire aussi : Boire rend séduisant ? Des chercheurs décrochent un anti-Nobel !

Damien Rigat