Intelligence artificielle : et si les extraterrestres étaient des robots ?

Si, un jour, des extraterrestres nous contactent, il s'agira sûrement d'une intelligence artificielle, d'un robot en somme. C'est du moins ce qu'avance dans une étude Susan Schneider, professeur de philosophie à l'Université du Connecticut.

0
2785
À en croire l'étude de Susan Schneider, si des extraterrestres parviennent à nous contacter, on aura sûrement affaire à une intelligence artificielle. - crédit photo : Ociacia ©ShutterStock

Petits hommes verts ? Grandes créatures longilignes ? Depuis plusieurs siècles, les Hommes s’amusent à imaginer ce à quoi pourrait ressembler les extraterrestres. Et si on se trompait totalement ? Dans son étude Alien Minds, Susan Schneider, professeur de philosophie à l’Université du Connecticut (États-Unis), estime qu’en cas de réception d’un signal extraterrestre, nous aurions très certainement affaire à une intelligence artificielle. Ces travaux devraient être prochainement publiés par la Nasa.

Extraterrestre : « les cerveaux mous et spongieux », un modèle « obsolète » ?

Repérée ce week-end par Slate, cette étude se concentre sur les théories d’astronomes renommés, tels que l’astrobiologiste Paul Davies (Nasa) et Seth Shostak, directeur du Search for Extraterrestrial Intelligence (Seti). Ce dernier aurait parié avec plusieurs astronomes que si des extraterrestres tentaient d’entrer en contact avec nous, il s’agirait sûrement de robots ou, plus exactement, d’une « vie artificielle ». « À partir du moment où une civilisation invente les ondes radio, elle est à cinquante ans des ordinateurs et probablement ensuite à cinquante ou cent ans d’inventer l’intelligence artificielle, explique-t-il. À ce moment-là, les cerveaux mous et spongieux deviennent un modèle obsolète. »

« Je ne dis pas que nous allons rencontrer des processeurs IBM dans l’espace, précise Susan Schneider. En toute probabilité, cette intelligence sera bien plus sophistiquée que tout ce que comprennent les humains. »

Le corps humain, bientôt entièrement synthétique ?

En clair, l’organisme vivant tel qu’on peut se le représenter se métamorphoserait au fil des années pour devenir partiellement robot. Susan Schneider relève d’ailleurs que l’être humain est en train de perfectionner son propre corps depuis plusieurs années, à l’aide de prothèses et de puces. Pour elle, nous pourrions progressivement devenir entièrement synthétique. Ce qui ne se traduira pas, pour autant, par la fin des émotions et de la créativité, tempère-t-elle.

Lire aussi :

Pourquoi imagine-t-on les extraterrestres petits et verts ?

Une lumière émise par les Martiens ? Raté.

Damien Rigat