Jihawg Ammo, des munitions à base de porc contre les islamistes

Pour prévenir les attaques terroristes, une entreprise américaine a mis au point des balles contenant du porc. Les Jihawg Ammo permettraient de dissuader les islamistes, craignant d'aller en enfer en touchant l'animal interdit par leur religion.

0
3831
Les Jihawg Ammo contiennent de la peinture à base de porc, un aliment interdit aux musulmans. ©DR

Mécontente du projet de centre culturel musulman au Ground Zero, l’entreprise South Fork Industries a mis au point des munitions à base de porc contre les extrémistes islamistes. Ces balles « haram » (interdictions religieuses) ont été enduites d’une peinture contenant du porc pour dissuader les djihadistes.

Jihawg Ammo : punir et dissuader les terroristes

Pour la compagnie basée à Dalton Gardens dans l’Idaho, les Jihawg Ammo empêchent les terroristes touchés d’aller au paradis selon leur croyance. Dans un communiqué datant de juin dernier, South Fork explique sa démarche: « Avec les Jihawg Ammo, vous ne tuez pas seulement un terroriste islamiste, vous l’envoyez également en enfer ». Une double peine donc.

Utiliser ses munitions pour son arme à feu agirait également comme une dissuasion défensive : « Cela devrait faire réfléchir les martyrs avant qu’ils ne lancent une attaque ».

South Fork : combattre l’extrémisme musulman avec du bacon

Fière de son invention, la compagnie n’est pas en manque d’imagination pour ses slogans. Boîtes et posters affichent les inscriptions suivantes : « Vrai porc pour la paix », « Dissuasion paisible et naturelle de l’islam radical » ou encore « Bottez-leur les fesses avec un peu de bacon ».

Un groupe Facebook a été créé pour diffuser l’information et le site de commande connaît un certain succès. Pour 21,25 dollars, vous avez une boîte de 20 balles Jihawg Ammo.

Pourtant, selon un spécialiste interrogé par le Washington Post, cette idée renvoie à une mauvaise interprétation du Coran et n’est donc pas efficace. Le professeur adjoint de sciences religieuses à l’université Gonzaga Shannon Dunn explique : « les musulmans ne sont pas privés de paradis pour avoir mangé ou avoir été touchés par du porc s’ils ne l’ont pas voulu ».

Charlotte Loisy