Kalain : l’odeur d’un être cher en flacon

Une jeune start-up propose de conserver dans un flacon de parfum l’odeur d’un être cher disparu ou momentanément absent.

0
1259
Kalain : l’odeur d’un être cher en flacon

N’avez vous jamais éprouvé un sentiment de réconfort en sentant une odeur ? Que ce soit l’effluve du parfum d’un être cher ou l’odeur sucrée d’un dessert de votre enfance, chacun d’entre nous associe une odeur à un souvenir heureux, à une personne aimée comme son conjoint ou son enfant. L’odeur d’une personne est en effet unique, indescriptible, au point où nous avons besoin de la sentir pour se rassurer, s’apaiser et se réconforter. Ce besoin apparaît surtout lorsque l’être aimé est loin de nous ou malheureusement, lorsqu’il n’est plus de ce monde. Et si l’on pouvait la conserver à jamais dans un flacon ? Cela est désormais possible. Une jeune start-up, baptisée élégamment Kalain, propose d’enfermer dans un écrin de verre l’odeur d’une personne que l’on aime ou que l’on a chéri.

À l’origine de ce concept : Katia Apalategui et Florian Rabeau, une mère et son fils qui se définissent comme des « créateurs de liens olfactifs ». « Tout a commencé lorsque mon grand-père est décédé. Ma mère a alors ressenti le besoin de sentir à nouveau son odeur. À part une taie d’oreiller, elle n’avait pas d’autres possibilités de garder son odeur », confie Florian Rabeau. « Elle s’est donc penchée sur un moyen de pouvoir conserver ce parfum ». Après deux ans de recherches et plusieurs refus, c’est avec l’Université du Havre et son unité de chimie organique et macromoléculaire (Urcom) que Katia Apalategui a trouvé la solution. Cette dernière a réussi à créer un procédé qui extrait l’odeur sur un vêtement, soit plus d’une cinquantaine de molécules, pour en faire un parfum. La senteur est ainsi conservée dans un flacon. Le rêve est devenu réalité.

Du réconfort en bouteille

Ce qui n’était que projet personnel s’est rapidement transformé en business. Toute personne aussi sensible à l’odeur peut désormais bénéficier de cette technologie extraordinaire. Si Katia Apalategui a choisi de conserver son travail dans les assurances, c’est son fils qui a donc pris les reines de la start-up basée à Miserey près d’Évreux. Il voit les choses en grands pour la faire fructifier.

Destiné à la base au marché des services funéraires, le projet s’est rapidement étendu vers d’autres demandes inattendues. « Les gens nous ont demandé la même chose pour des événements joyeux : mariages, naissances, Saint Valentin. » Kalain comptabilise déjà une centaine de précommandes depuis les États-Unis et le Brésil. Parmi elles, certaines sont en effet très atypiques. « Une femme nous a demandé l’odeur d’une gomme qu’elle gardait précieusement dans un tiroir. Son odeur est liée à son enfance, elle voulait le garder, car cet objet n’est plus vendu sur le marché », ajoute Florian. Que ce soit l’odeur de son bébé, d’un doudou, d’un animal de compagnie ou bien de son amoureux, tout est « presque » possible.

C’est par l’intermédiaire des pompes funèbres ou bien sur leur site internet que les commandes s’effectuent. « Nous envoyons une lettre conçue spécialement pour déposer un vêtement. Il suffit de nous la renvoyer et deux semaines plus tard, nous vous enverrons le flacon ainsi que le tissu, exactement comme vous nous l’avez envoyé », explique-t-il. La société ne sera opérationnelle qu’en décembre mais le créateur conseille si besoin, et dès aujourd’hui, de rouler le vêtement dans du papier d’aluminium pour éviter que l’odeur ne s’échappe.

Un coffret luxe

Tout comme un parfum de luxe, le produit sera envoyé dans un coffret. À l’intérieur, un flacon de 10 ml, une photo de l’être qui possédait l’odeur extraite, un carré de soie avec ses initiales pour verser quelques gouttes dessus et pouvoir ainsi le garder sur soi, ainsi qu’une porcelaine de Limoges que l’on peut imbiber de l’effluve. Florian Rabeau rappelle toutefois qu’il ne faut pas s’en parfumer et prodigue quelques conseils pour profiter pleinement du réconfort olfactif, « ne pas fumer, ne pas manger de chewing-gum ou autre, faire le vide autour de soi et fermer les yeux. » Ainsi, le voyage peut s’effectuer.

Il faudra tout de même débourser 560 euros TTC, le prix pour humer l’essence d’un être cher.

Plus d’informations sur Kalain.

Lire aussi : OPhone ou comment envoyer des SMS parfumés ?

Marine Vautrin