Kepler 452b : cousine la plus proche de la Terre

La NASA a récemment dévoilé l’existence d’une cousine plus vieille et plus grande que la Terre. Cette exoplanète, dénommée Kepler 452b, a des qualités similaires à notre planète.

0
1383
La Terre, sa cousine proche Kepler 452b et leurs soleils. Crédits : NASA/JPL-Caltech/T. Pyle. ©DR

Alors que la mission Kepler va bientôt se terminer, les astronomes ont peut-être découvert une autre planète Terre. En effet, la NASA a dévoilé le jeudi 23 juillet dans un communiqué l’existence d’une exoplanète (astre situé hors de notre système solaire) dont les caractéristiques sont semblables à celle de notre planète. Nommée Kepler 452b, elle serait située à une distance de 1 400 années-lumière en direction de la constellation du Cygne.

L’objectif de la mission Kepler, lancée en 2009, était de trouver des exoplanètes d’une taille équivalente à celle de la Terre. Six ans après son lancement, le télescope a découvert plusieurs centaines d’astres d’une dimension similaire. Seulement neuf sont situés dans la zone d’habitabilité d’une étoile solaire (périmètre où la chaleur reçue n’est ni trop forte ni trop faible pour que la vie puisse se développer).

Kepler 452b est-elle vraiment comme la Terre ?

Kepler 452b en fait partie mais elle possède d’autres qualités qui la rapprochent de notre planète. Elle est légèrement plus grande et plus vieille que la Terre tout comme son étoile par rapport à notre Soleil. De même, elle fait le tour de son astre solaire en seulement 385 jours. À l’image de notre planète, les scientifiques pensent que cette exoplanète pourrait être rocheuse et supporter une activité volcanique.

Au vu de toutes ces caractéristiques, les experts estiment que de l’eau à l’état liquide pourrait se trouver sur cet astre ce qui permettrait le développement d’une forme de vie extraterrestre. Toutefois, ce ne sont que des hypothèses pour l’instant. Les qualités confirmées de Kepler 452b ne sont d’ailleurs pas suffisantes pour qu’elle soit habitable : il n’existe aucun moyen de vérifier si elle contient les éléments chimiques et géologiques nécessaires à l’apparition de la vie.

Lire aussi :

Des jumelles de la Terre, découvertes ?

Découverte : Kepler-186f, une planète potentiellement habitable

Nina Mignano