Kim Dotcom, fondateur de Megaupload, lance son propre parti politique

Kim Dotcom, le célèbre et extravagant fondateur du site Magaupload, a trouvé un nouveau moyen pour rester au centre des attentions. Il a lancé hier son propre parti politique en Nouvelle-Zélande, où il est en liberté conditionnelle, le Parti de l’Internet.

0
1024
Kim Dotcom a décidé de se lancer en politique et a annoncé ce jeudi 27 mars la création de son propre parti en Nouvelle-Zélande, le Parti de l’Internet ©Sipa

D’une façon ou d’une autre, Kim Dotcom a besoin de faire parler de lui. Le fondateur du site de partage de fichiers Megaupload a décidé de se lancer en politique et a annoncé ce jeudi 27 mars la création de son propre parti en Nouvelle-Zélande, le Parti de l’Internet. Comme on pouvait s’y attendre, le web est au cœur de son programme. L’homme âgé de 40 ans présente sa formation comme « un mouvement pour la liberté de l’internet et de la technologie, pour le respect de la vie privée et les réformes politiques ».

Avec le Parti de l’Internet, Kim Dotcom, de son vrai nom Kim Schmitz, vise avant tout les citoyens qui « n’ont jamais voté auparavant, qui ont été déçus par le vote ou qui n’aiment pas le choix actuel », précise-t-il.

Kim Dotcom accusé par la presse de sympathie nazie

L’homme d’affaires, toujours en liberté conditionnelle, espère ainsi faire venir à lui de nombreux électeurs pour les élections nationales de septembre. La mission est cependant déjà compromise. Outre son passé sulfureux, Kim Dotcom doit aussi faire face aux accusations de la presse. Elle lui reproche une sympathie pour l’idéologie nazie après avoir révélé qu’il avait en sa possession un exemplaire signé du pamphlet d’Adolph Hitler, Mein Kampf, ce que l’intéressé a démenti.

Kim Dotcom avait été arrêté en janvier 2012 à la demande du département de la Justice américain et du FBI. Accusé d’avoir amassé 127 millions d’euros en proposant des copies de films et séries piratées (entre autres) sur Megaupload, il risque une extradition vers les Etats-Unis. Son audience au sujet de l’extradition est prévue au 7 juillet prochain.

Sur le même sujet :

Kim Schmitz, fondateur de Megaupload, un mégalo hacker ouvert

Adrien Guiset