Kim Schmitz, fondateur de Megaupload, un mégalo hacker ouvert

Kim « Dotcom » Schmitz, le fondateur de MegaUpload, a été arrêté en Nouvelle-Zélande juste après la fermeture du site. L’occasion pour nous de vous parler de cet Allemand de 37 ans, multimillionnaire, mégalomane et bien connu des tribunaux.

0
5725
Kim Schmitz ©SIpa

Si la journée du jeudi 19 janvier a vu la fermeture du site de téléchargement et de streaming MegaUpload, elle a aussi connu l’arrestation de son fondateur, Kim Schmitz. Considéré comme un escroc par bon nombre de personnes, son site était vénéré par des millions d’internautes avides de films et séries télé. En plus d’être le présumé patron d’un des sites les plus visités de la planète, celui qui se fait appeler Kim « Dotcom » est surtout connu pour sa mégalomanie. Il faut dire qu’avec les 200 millions de dollars que MegaUpload lui aurait rapporté, l’argent n’était pas un frein à sa folie. En vrai « Pimp » de films hollywoodiens, cet Allemand de 37 ans menait une vie hors norme. Il résidait notamment dans un manoir à Auckland en Nouvelle-Zélande qu’il avait acheté 30 millions de dollars. Il se sentait si bien dans ce pays qu’il lui avait généreusement offert en 2011 le plus grand feu d’artifice de son histoire. L’été, c’est sur son yacht qu’il passait ses vacances, généralement entouré de femmes peu vêtues. Le plus impressionnant reste certainement sa collection de voitures de luxe que le FBI a saisi chez lui. 23 bolides d’une valeur totale estimée à six millions d’euros, surtout des Mercedes et des Rolls Royce dont il avait pris soin de faire modifier les plaques d’immatriculation en y incorporant les mots « God » (Dieu) , « Evil » (Le mal) ou « Mafia ». Si vous êtes amateur de ce genre de bolides, turbo.fr a recensé tous les modèles saisis.

Un long casier judiciaire

Génie de l’informatique ou charlatan patenté ? Kim Dotcom ne laisse personne indifférent et forcément les avis divergent. Pour la justice, aucun doute, si l’homme est fin connaisseur du monde digital, son expertise n’est utile qu’à des fins malhonnêtes. Son passé devant les tribunaux est d’ailleurs long comme le bras. En 1998, il monte une escroquerie sur internet en interceptant des numéros de cartes téléphoniques volées. En 2002, il est condamné pour manipulation de cours et délit d’initiés à 20 mois de prison avec sursis pour avoir fait couler une start-up. Deux ans plus tôt il était devenu millionnaire en revendant sa société de sécurité informatique qui sera insolvable l’année suivante. Pour échapper à la justice allemande il avait même fuit en Thaïlande en 2002 après avoir fait croire à son suicide sur internet. Il s’installe à Hongkong en 2005 avec un passeport finlandais et un nom d’emprunt. Il joue la carte de la discrétion au maximum pour se lancer sur le marché du streaming et créer plusieurs sociétés qui lui permettront de conquérir la toile : MegaMedia, MegaPix, MegaVideo et bien sûr MegaUpload.

Désormais accusé d’avoir bâti un empire sur la violation du droit d’auteur, son train de vie luxueux risque de ne plus jamais être le même.

Adrien Guiset