La cape d’invisibilité, bientôt sur le marché ?

Des chercheurs américains sont parvenus à faire disparaître des objets en créant une illusion d’optique inédite. Un pas de plus vers la fameuse cape d’invisibilité…

0
2760
Des chercheurs sont parvenus à faire disparaître un stylo. ©Capture d'écran

La cape d’invisibilité… Harry Potter l’avait, beaucoup en ont rêvé ! Depuis de nombreuses années, des scientifiques du monde entier planchent sur un moyen de faire disparaître des objets. En 2011, des chercheurs écossais y étaient presque parvenus au mettant au point un métamatériau capable de déformer la lumière. Cette fois-ci, ce sont Joseph Choi et John Howell de l’université de Rochester, aux Etats-Unis, qui ont peut-être trouvé la bonne technique pour échapper à la réalité. Elle vient d’être dévoilée sur le site Arxiv.

Leur méthode consiste à placer quatre lentilles d’une manière bien particulière autour de l’objet, de façon à ce que la lumière se concentre d’abord, puis se disperse en passant à travers elles. La lumière se retrouve ainsi complètement bloquée, et l’objet devient impossible à voir. Il faut néanmoins l’observer sous un angle précis. La vidéo de démonstration (en anglais) montre une main, une règle et un visage disparaître ainsi. « C’est le premier dispositif de notre connaissance qui permet une invisibilité tridimensionnelle et multidirectionnelle, et qui fonctionne en transmettant des rayons dans le spectre visible », se félicite Joseph Choi, dans un communiqué publié sur le site de son université.

L’invisibilité, pour faire quoi ?

Un tel appareillage pourrait trouver son intérêt dans de multiples domaines, à commencer, par exemple, par la chirurgie. Il aiderait les médecins à « voir au travers de leurs mains ce sur quoi ils travaillent », rapporte le Time. Mais on pourrait très bien l’imaginer en voiture, pour nous aider à voir les véhicules arriver dans l’angle mort, mais aussi en architecture, dans le domaine militaire, artistique…

Lire aussi : Une cape d’invisibilité pour se protéger des séismes 

Thomas Levy