La mode du lifting des mains fait rage en France

Lors de la 2ème édition des Journées de dermatologie interventionnelle, les médecins français ont constaté une nouvelle tendance : le lifting des mains. Quelles sont les méthodes et les risques de ce rajeunissement ?

0
2615
Le lifting des mains est majoritairement fait par des femmes en France. ©ThinkStock

Après le visage et le cou, ce sont les mains qui sont le plus traitées par les dermatologues et les chirurgiens esthétiques. Ces taches brunes qui trahissent l’âge sont de plus en plus gommées, essentiellement par les femmes. Président du groupe Dermatologie esthétique et correctrice de la Société française de dermatologie (SFD), le Dr Thierry Michaud explique à l’Agence France Presse : « Même si le vieillissement des mains s’observe autant chez les hommes que chez les femmes, 85 % des demandes de rajeunissement proviennent des femmes ».

Plusieurs méthodes sont employées par les professionnels pour masquer ces signes de vieillesse :

– La cryothérapie : cette méthode par le froid est la plus ancienne. Elle consiste à appliquer de l’azote liquide sur les mains, avec un risque de dépigmentation de la peau.

– La photoréjuvénation par lumière pulsée : cette technique au laser fait disparaître les taches en restructurant la peau en 1 à 3 séances maximum, à raison de 100 à 150 euros la séance (frais non remboursés par la sécurité sociale). Plus la peau est foncée, plus elle est sujette à un risque de brûlure. Il faut donc éviter de le faire sur une peau bronzée.

– Le comblement : il s’agit de l’injection d’acide hyaluronique, qui agit comme une éponge pour éviter les mains fripées. Il coûte environ 350 à 450 euros et dure 2 ans. Le Dr Thierry Michaud précise : « On l’injecte entre les tendons, pour un résultat naturel, mais il vaut mieux éviter d’en mettre trop ».

– La lipostructure : on réinjecte des graisses prélevées sur les cuisses ou les fesses dans la main. L’opération dure environ une heure et se fait sous anesthésie locale. Il existe un risque de compression des tendons ou des nerfs.

– Le peeling : la peau est irritée chimiquement ou mécaniquement puis se régénère en produisant de nouvelles cellules.

Les dermatologues précisent que certaines méthodes sont plus douloureuses que d’autres.

Charlotte Loisy