La solution contre les ronflements : chanter !

Marre des ronflements de votre partenaire ? Poussez-le à donner de la voix. D’après une étude, des exercices de vocalise les font diminuer.

0
2069
Les exercices de chant proposés par Alise Ojay réduisent les ronflements nocturnes. ©ThinkStock

Et si chanter permettait d’arrêter de ronfler ? Selon une étude britannique, certains exercices de vocalise diminuent les ronflements nocturnes.

Alise Ojay, son programme de vocalises contre les ronflements

À l’origine de cette découverte : une professeure de chant. Alise Ojay a conçu un programme de vocalises dans les années 90 pour tenter d’aider un ami souffrant de ronflements chroniques. En musclant la gorge et le palais, elle est parvenue à les réduire.

En utilisant cette méthode sur d’autres personnes, elle s’est aperçue qu’elle avait également un effet sur l’apnée du sommeil.

Une étude confirme la méthode

Pour vérifier scientifiquement sa technique, les chercheurs du département ORL de l’hôpital d’Exeter (Royaume-Uni) ont effectué une étude sur 60 patients ronfleurs ou souffrant d’un syndrome d’apnée du sommeil.

Ils ont été séparés en deux groupes distincts : l’un s’entraînant grâce à la méthode d’Alise Ojay 20 minutes par jour, l’autre suivant seulement les conseils habituels donnés aux ronfleurs sur la limitation du surpoids et de la consommation d’alcool.

« Au bout de 3 mois nous sommes arrivés à la conclusion que ce programme de vocalises quotidiennes améliore significativement la fréquence et la sévérité des ronflements, mais aussi, la qualité du sommeil globale», a déclaré Malcolm Hilton, ORL et principal auteur de l’étude.

Ronfleurs : ne pas oublier  son hygiène de vie

Facile à réaliser d’après les patients, « cette méthode ouvre une toute nouvelle voie de traitement pour les ronfleurs qui permettrait d’éviter la chirurgie. C’est vraiment une bonne nouvelle pour eux », a-t-il ajouté.

Les médecins rappellent toutefois l’importance d’accompagner cette méthode par une amélioration de son hygiène de vie (alcool, tabac, alimentation…).

De nouvelles études englobant plus de participants sont prévues dans le but de vérifier la méthode et de déterminer si seuls certains types de ronfleurs y sont sensibles.

> Lire aussi : Le pleine lune perturberait notre sommeil

Charlotte Loisy