La surface de la Lune a été bombardée par des météorites

Des chercheurs de la NASA ont constaté que 98 % de la surface lunaire avait été bombardée par des astéroïdes et des comètes. Cette observation confirme la théorie selon laquelle la Lune se serait formée suite à un impact géant avec la Terre.

0
2731
La Lune ©ThinkStock

La principale théorie expliquant la formation de la Lune indique que cette dernière se serait formée grâce à des matériaux terrestres éjectés lors d’un énorme impact. Cette hypothèse, déjà largement admise, est aujourd’hui confortée par la constatation de plusieurs chercheurs de la NASA, qui ont observé que 98 % de l’écorce lunaire avait été bombardée par des météorites.

Lire aussi : La Lune serait bien née suite à une collision céleste géante

Cette mission, baptisée Grail (gravity recovery and interior laboratory), a été menée grâce à deux petites sondes ayant mesuré les variations du champ gravitationnel de la Lune, de mars à mai 2012, à 55 kilomètres d’altitude. Mark Wieczorek et son équipe cherchaient à découvrir des anomalies de masses qui pourraient témoigner de la présence de structures géologiques enterrées.

Le bombardement de la Lune par de nombreuses comètes et astéroïdes, communément appelé le concept du labourage, se serait produit au début de l’histoire de notre système planétaire, soit il y a environ 4 milliards d’années. En effet, le spécialiste de l’ESA, Bernard Foing compare la croûte de la Lune avec le « travail d’un jardinier. Lorsque l’on plante des légumes ou des fruits, nous avons tendance à retourner la terre. La surface de la Lune aurait subi le même phénomène et cela ne serait pas dû à une pioche, mais à des comètes ou météorites ».

Maria Zuber, responsable de la mission, a été très surprise par cette découverte, affirmant que « personne n’imaginait que la surface de la Lune avait été bombardée à ce point ». Si ces résultats sont étonnants, c’est aussi parce que les deux sondes environ autour de notre satellite naturel ont révélé des données différentes des premières estimations apportées par les scientifiques. En effet, la croûte de la Lune est plus mince, elle fait 34/43 kilomètres contre 40/55 kilomètres. La densité est également différente, elle se rapproche de celle de l’écorce terrestre puisqu’elle est inférieure de 12% aux dernières estimations. Une différence qui s’expliquerait une nouvelle fois par ce processus de « jardinage » des comètes et astéroïdes.

La NASA a d’ores et déjà prolongé la mission Grail. Les mesures seront désormais effectuées à une altitude plus faible de 23 kilomètres.

Mathilde Bourge