La télémédecine pour soigner les plaies chroniques ?

Le Journal Officiel a publié le 23 avril un arrêté ouvrant l’expérimentation de la télémédecine dans les soins des plaies chroniques.

0
2791
Vos plaies chroniques seront bientôt soigner à distance. ©ShutterStock

Les déserts médicaux pourraient bientôt accéder plus facilement à des soins de meilleures qualités grâce à la médecine 2.0. Le Journal Officiel a publié le jeudi 23 avril un arrêté du ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes qui lance de nouveaux tests sur la télémédecine. Initiées en 2013, ces expérimentations sont limitées aux soins des plaies chroniques comme les escarres, ulcères de la jambe ou plaies du pied diabétique. Elles se dérouleront dans neuf régions : L’Alsace, la Basse-Normandie, la Bourgogne, le Centre, la Haute-Normandie, le Languedoc-Roussillon, la Martinique, les Pays de la Loire et la Picardie.

Le gouvernement espère que le développement de la télémédecine permettra de réduire les dépenses de l’Assurance Maladie mais aussi de faciliter l’accès aux soins des personnes vivant dans les zones dépourvues de spécialistes ou de médecins. En effet, cette pratique permettrait de réduire les délais d’attente pour accéder aux soins, les déplacements des patients ou encore les renoncements aux soins car trop cher ou trop loin. La télémédecine pourrait également améliorer l’organisation et la prise en charge de ces malades.

Télémédecine : une pratique pas si nouvelle

La réalisation de la télémédecine repose sur une télé-expertise. Le patient se rend dans une structure médico-sociale, un centre de santé ou reçoit un professionnel de santé chez lui. Au moment de l’examen le médecin ou l’infirmière examine la plaie et décide de demander l’avis d’un collègue spécialiste (dermatologue par exemple). Il ou elle prend alors en photo la blessure et l’envoie à l’expert qui l’examine et renvoie son diagnostic à la personne en charge du malade. Il est également possible de montrer la plaie en direct en réalisant une visioconférence avec le spécialiste.

Cette méthode simple permet de prodiguer les soins nécessaires rapidement et d’éviter l’aggravation des plaies qui entraînerait une hospitalisation. Mais cette pratique n’est pas nouvelle et est déjà utilisée par des infirmières libérales de Picardie depuis 2014. Le CHU de Montpellier expérimente lui aussi la télémédecine depuis 2014. La nouveauté de cet arrêté est que ces pratiques seront maintenant rémunérées et encadrées par un cahier des charges. Dans le monde de demain, vous n’aurez plus besoin de sortir de chez vous même pour vous faire soigner.

Lire aussi :

La télémédecine c’est maintenant

VIDEO – Une commune se mobilise pour trouver 2 médecins

Yuna Boudré