La traque des astéroïdes dangereux est insuffisante

Dans un rapport publié lundi 15 septembre, la Nasa estime que sa chasse aux astéroïdes potentiellement dangereux pour notre planète n'est pas assez efficace.

0
3015
Dans un rapport publié lundi 15 septembre, la Nasa estime que sa chasse aux astéroïdes potentiellement dangereux pour notre planète n'est pas assez efficace. ©ShutterStock

Notre planète est-elle en danger ? Dans un rapport publié lundi 15 septembre, l’inspecteur général de la Nasa s’inquiète. Selon lui, les efforts de l’agence spatiale américaine pour traquer les météores dangereux et élaborer des systèmes de protection sont nettement insuffisants. Un astéroïde va-t-il prochainement percuter notre planète ?

10 % des objectifs atteints

Dès 2005, le Congrès américain avait chargé la Nasa d’un programme baptisé « Near-Earth Objects » (NEO). L’agence américaine avait pour mission de détecter les astéroïdes de 140 mètres de diamètre et plus, présentant un risque potentiel pour la Terre. D’après le document, la Nasa est censée répertorier 90 % de ces corps célestes d’ici 2020. Un objectif difficilement atteignable d’après l’inspecteur général, qui révèle que l’agence n’a, depuis 1998, catalogué que 10 % du total estimé.

Ses auteurs ont également constaté que depuis le début des efforts requis par le Congrès en 2005, la Nasa « n’a pas de programme structuré pour gérer un conglomérat de recherches et d’activités éparses peu coordonnées avec une supervision insuffisante et sans critères établis pour mesurer les progrès accomplis ».

Peu de mesures de protection

Enfin, l’inspecteur général de la Nasa explique que sur les 40 millions de dollars reçus par la Nasa en 2014 pour le NEO, seulement un million de dollars a été consacré à des stratégies de protection, allant de la possibilité d’évacuation des populations en danger à des tentatives de destruction ou de déviation d’un astéroïde.

Cependant, l’agence spatiale américaine tient à rassurer les habitants de la planète, rappelant que la majorité des astéroïdes se désintègrent dans l’atmosphère avant d’atteindre le sol.

Mathilde Bourge