L’accès à l’IVG plus compliqué en été

Marisol Touraine appelle à la mobilisation des services hospitaliers pour garantir l’accès des femmes à l’IVG au cours de l’été.

0
5110
l'ARS_IDF a mis en place le plan Frida (2014-2017) visant à réduire les inégalités d’accès à l’avortement, notamment en été. ©Sipa

Assurer la pratique des interruptions volontaires de grossesse (IVG) au cours de l’été, voici ce qu’a réclamé la ministre de la Santé Marisol Touraine ce 1er août, lors d’un séminaire gouvernemental. En effet, il semblerait que de nombreuses femmes souhaitant mettre un terme à leur grossesse se retrouvent en difficulté durant la période estivale. Hôpitaux fermés ou débordés, médecins en congés… elles auraient plus de difficultés à obtenir un rendez-vous, avec le risque de dépasser le délai légal d’avortement, fixé à 12 semaines de grossesse en France.

« Il y a déjà une tension tout au long de l’année » dans les régions où la demande est la plus forte, principalement Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur mais, l’été, les difficultés s’amplifient, a regretté la secrétaire générale du Planning familial, Marie-Pierre Martinet. La ministre a insisté sur le fait que que ce « droit fondamental » doit être garanti à toutes les citoyennes, quelle que soit la saison, tout en rappelant que cette pratique médicale était remboursée à 100 % par l’Assurance maladie depuis le 31 mars 2013.

2445 IVG par semaine en Ile-de-France

Consciente du problème, l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France (ARS-IDF) a mis en place le plan Frida (2014-2017) visant à réduire les inégalités d’accès à l’avortement, notamment durant les grandes vacances. Dans un courrier adressé le 4 juillet aux différents acteurs de la santé (Assistance publique-Hôpitaux de Paris, centres de Protection Maternelle et Infantile, centres de planification…), l’agence recense « une capacité théorique de prise en charge de 2445 IVG par semaine, début juillet, en région parisienne. Soit trois fois plus qu’en 2012, où 756 IVG ont été pratiquées en moyenne chaque semaine. Mais elle souligne que « cette offre potentielle sera modérée pendant l’été du fait des périodes de congés de personnel et réorganisation de service ». Un quart des IVG répertoriées en France seraient réalisées en IDF.

Lire aussi :
Le nombre d’IVG reste stable
IVG ratée : le médecin doit payer une pension alimentaire 

Julie Toury