Laits pour bébés : attention à l’aluminium

Pour son numéro de mars, le magazine 60 millions de consommateurs a mis en évidence la présence d’aluminium dans de nombreux laits pour bébés. Plus de la moitié des laits infantiles testés, de 1er et 2ème âges, en contenaient.

0
3974
Plus de la moitié des laits 1er âge testés contiennent de l’aluminium ©ThinkStock

Il va désormais falloir se méfier des laits infantiles. Le magazine 60 millions de consommateurs, dans son numéro de mars 2014, a découvert que de nombreux laits destinés aux bébés contiennent de l’aluminium. 47 laits ont été analysés : 38 laits en poudre (1er et 2ème âges) et neuf laits liquides de croissance de grandes marques et marques de distributeurs.

Seul le lait de croissance est épargné

Plus de la moitié des laits 1er âge testés contiennent de l’aluminium. Pour les laits 2ème âge, cela représente deux échantillons sur trois. Les laits de croissance, pour les enfants de 1 à 3 ans, sont les bons élèves de cette enquête. Aucun n’est apparu contaminé.

> Lire aussi : Vaccins : bras de fer autour de l’aluminium

« Pour les laits 1er âge, nous avons trouvé une teneur moyenne de 153 micro-grammes d’aluminium par litre. Un nourrisson de six mois consommant 4 biberons de 210 ml/jour ingère donc 897 micro-grammes d’aluminium par semaine.

Pour les laits 2ème âge, avec 198 micro-grammes, ce même nourrisson consommant 3 biberons de 210 ml/jour (puisque son alimentation commence à être diversifiée) ingère chaque semaine 874 micro-grammes d’aluminium. Dans les deux cas, ces valeurs représentent 12,5 % de la dose hebdomadaire tolérable pour un nourrisson de 7 kg (1 mg par kilo de poids corporel et par semaine) », précise le magazine.

La présence d’aluminium s’expliquerait notamment par les conditions de stockage et les emballages des laits infantiles.

Les conséquences de l’aluminium, potentiellement neurotoxique, sur la santé des tout-petits ne sont à ce jour pas clairement identifiées, et rien n’oblige les industriels à mentionner la présence d’aluminium sur les emballages. « A défaut, il faudrait au moins que la mention des teneurs soit rendue obligatoire, afin de permettre aux parents de choisir », conseille 60 millions de consommateurs.

> Lire aussi : Le lait maternel différent selon le sexe du bébé

Adrien Guiset