L’alcool tue une personne toutes les 10 secondes

Selon un rapport de l'OMS, l'alcool serait responsable d'un décès sur vingt dans le monde. Les pays riches seraient les plus gros consommateurs.

0
902
En France, la consommation d'alcool serait d'environ 11,8 litres par personne chaque année. ©ShutterStock

En 2012, l’usage nocif de l’alcool a tué 3,3 millions de personnes dans le monde. Selon le Dr Shekhar Saxena, directeur du département « Abus de substances psychoactives » de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’alcool tuerait davantage que le sida, la tuberculose et la violence réunies. L’agence s’inquiète de l’inertie des autorités internationales contre ce fléau, responsable d’un décès sur vingt, soit un mort « toutes les dix secondes ».

Selon le rapport de l’OMS, les pays les plus riches (Amériques et Europe) sont les plus gros consommateurs d’alcool. Cependant, la plus forte progression de l’alcoolémie a été observée dans les pays où le niveau de vie augmente rapidement, comme en Inde et en Chine. « Au vu de l’accroissement de la population dans le monde et de l’augmentation prévue de la consommation d’alcool, la charge de morbidité imputable à l’alcool pourrait encore augmenter », prévient d’ailleurs l’OMS. Pour contrer ce phénomène, l’organisation préconise la mise en place de nombreuses politiques de prévention.

Alcool : 49 000 décès en France

En 2012, la consommation moyenne mondiale équivalait à 6,2 litres d’alcool pur par personne âgée de plus de 15 ans. En France, elle est d’environ 11,8 litres par personne chaque année. Un chiffre en baisse par rapport au début des années 2000 où la consommation annuelle atteignait 13 litres par individu. Dans l’Hexagone, on estime à 49 000 le nombre de décès imputables à l’alcool.

Selon l’OMS, 48 % de la population mondiale n’a jamais bu d’alcool, et l’abstinence est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Par ailleurs, 11,7 % des 15 à 19 ans pratiquent des beuveries épisodiques, contre 7,5 % pour le reste de la population. Cette tendance est toutefois inverse dans les pays du sud-est asiatique.

Mathilde Bourge