Lancement du plan canicule : ceci n’est pas une blague

Alors que le soleil peine à s’imposer parmi les nuages, le ministère de la Santé et l’Institut de veille sanitaire viennent d’annoncer le déclenchement du plan national canicule. La procédure fait légèrement sourire.

0
3338
Déclenchement du plan canicule - Pour l'heure, préférez le parapluie au parasol et le coupe-vent au paréo. ©ThinkStock

Les météorologues sont unanimes : le mois de mai a bel et bien été pourri. Ce printemps est même le plus froid depuis 1987. Pas question pour autant de remettre en question le lancement du plan national canicule, qui, comme tous les ans, a été déclenché le 1er juin par le ministère de la Santé. Une annonce qui amuse les internautes.

Déclenchement de plan canicule : Une blague ?

Pas du tout. « Comme chaque année, le niveau de veille saisonnière du plan national canicule est déclenché le 1er juin. Cette veille saisonnière sera automatiquement désactivée le 31 août, sauf si des conditions météorologiques particulières justifient son maintien », ont déclaré le vendredi 31 mai le ministère de la santé et l’Institut de veille sanitaire (InVS) dans un communiqué.

Pourquoi le gouvernement lance-t-il le plan canicule dès maintenant ?

Parce qu’il « est indispensable de rester mobilisé et de renforcer encore la solidarité entre les générations », justifie le ministère et l’InVS, « bien qu’aucun épisode majeur de canicule n’ait été constaté depuis plusieurs années ». Et que les chauffages sont encore allumés dans bon nombre de foyers.

Plan canicule : la nouvelle fait rire les internautes

La diffusion du communiqué a fait sourire les internautes, en particulier sur Twitter :

 

 

 

Même le cabinet de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, s’amuse du paradoxe :

Tandis que l’AFP nous titille :

Plan canicule : 4 niveaux d’alerte

Le communiqué indique, par ailleurs, que le plan canicule a fait l’objet d’une « refonte » pour qu’il soit davantage en harmonie avec les niveaux de vigilance météorologique et que l’expérience des années précédentes soit prise en considération. Le plan national se divise désormais en quatre niveaux :

Niveau 1 – veille saisonnière : il correspond à une couleur verte sur la carte de vigilance météorologique. « Ce niveau est activé automatiquement du 1er juin au 31 août de chaque année. En cas de chaleur précoce ou tardive, la veille saisonnière peut être activée avant le 1er juin ou prolongée après le 31 août. »

Niveau 2 – avertissement chaleur : phase de veille renforcée, « permettant aux différents services de se préparer à une montée en charge en vue d’un éventuel passage au niveau 3 ».

Niveau 3 – alerte canicule : elle est déclenchée par les préfets de départements qui doivent alors prendre toutes les mesures adaptées dans le cadre du Plan de gestion d’une canicule départemental (PGCD). « Des actions de prévention et de gestion sont mises en place par les services publics et les acteurs territoriaux de façon adaptée à l’intensité et à la durée du phénomène. »

Niveau 4 – mobilisation maximale : vigilance météorologique rouge. Ce niveau « correspond à une canicule avérée exceptionnelle, très intense et durable, avec apparition d’effets collatéraux dans différents secteurs (sécheresse, approvisionnement en eau potable, saturation des hôpitaux ou des pompes funèbres, panne d’électricité, feux de forêts, nécessité d’aménagement du temps de travail ou d’arrêt de certaines activités…) ». La mobilisation doit être maximale.

> Lire aussi : Alerte canicule – les recommandations à suivre

Plan canicule : autant prendre des précautions dès maintenant

Voici quelques conseils du ministère de la Santé à suivre en cas de forte chaleur :

– rafraîchir son habitation (en provoquant des courants d’air ou en fermant les volets pendant la journée) ;

– se rafraîchir (en prenant plusieurs douches dans une même journée, en restant au minimum deux ou trois heures dans un lieu frais, etc.) ;

– éviter de sortir (du moins aux heures les plus chaudes, entre 11 heures et 21 heures) ;

– se désaltérer (éviter l’alcool et les activités extérieures nécessitant des dépenses d’énergie trop importantes) ;

– aider ses proches, en particulier les personnes dépendantes.

Pour l’heure, zappez ce qui précède et n’oubliez pas de glisser dans votre sac un parapluie et un pull, voire une écharpe, en cas de forte fraîcheur.

> Lire aussi : Météo – l’hiver résistera jusqu’au mois de juin (poisson d’avril, ou pas)

Cécile David