L’argent ne fait pas le bonheur, le respect oui !

Des chercheurs américains ont prouvé que l'argent ne faisait pas le bonheur. Le respect qu'un individu impose, en revanche, peut contribuer à son bien-être.

0
3167
le bien-être d'une personne dépend de son statut sociométrique ©ThinkStock

« L’argent ne fait pas le bonheur »… Cette expression, qui parfois peut sonner fausse, est pourtant bel et bien vraie. Du moins, c’est ce qu’ont voulu prouvé des chercheurs en psychologie sociale de l’Université de Berkeley, en Californie (Etats-Unis).

D’après eux, le facteur le plus important pour atteindre le bien-être est le respect qu’on inspire aux autres. Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont mené quatre études, dont deux très révélatrices.

La première consistait à analyser le lien entre le sentiment subjectif de bien-être et le statut sociométrique, soit l’image qu’un individu peut avoir au sein d’un groupe social de face-à-face, comme avec des collègues, des voisins ou encore des camarades de classe. La seconde a comparé le degré de bonheur ressenti par une personne à son statut socio-économique.

Etre heureux, ça impose le respect

Les résultats de ces deux études ont permis de constater que les personnes avec un bon statut sociométrique étaient plus heureuses que celles avec de gros revenus.

Comme l’explique les chercheurs, c’est « l’effet de l’échelle sociale locale » qui donne ce sentiment d’influence et de contrôle sur notre environnement social qui rend un individu heureux. Grâce à cela, un véritable sentiment d’appartenance et d’acceptation au sein d’un groupe se crée.

Avoir de l’argent, on s’y habitue

Désormais, la mission de ces chercheurs est de déterminer pourquoi le respect rend plus heureux que l’argent.

Des hypothèses ont déjà été émises sur le sujet. Les chercheurs pensent qu’un individu ayant un statut socio-économique élevé s’habitude vite à un rythme de vie aisée et la joie d’un salaire élevé s’amoindrit quand l’habitude s’installe. Au contraire, le fait de se sentir respecté et admiré procurerait un sentiment de bien-être durable.

Mais le déterminisme ancestral des hommes pourrait également y être pour quelque chose. Déjà au début de l’humanité, on constatait que les hominidés bénéficiant d’un statut social respecté vivaient plus longtemps et avaient un taux de reproduction plus élevé.

Bref, « toutes ces recherches démontrent aujourd’hui l’importance du statut local pour être heureux. Le respect qu’une personne fait naître au niveau local détermine comment elle se sent globalement dans sa vie », comme le concluent si bien Cameron Anderson, principal auteur de l’étude.

Mathilde Bourge