L’aspirine, une arme anti-cancer ?

Des chercheurs britanniques affirment qu’une dose de 75 mg d’aspirine par jour protégerait efficacement contre les cancers digestifs.

0
1835
130 000 vies pourraient être épargnées si les Britanniques ingurgitaient de l'aspirine chaque matin... ©ShutterStock

Le dicton anglais « An apple a day keeps the doctor away » (« une pomme par jour éloigne le docteur ») pourrait bien devenir « Une aspirine par jour éloigne le cancer ». Des chercheurs britanniques affirment qu’une dose quotidienne d’aspirine préviendrait les cancers digestifs et les décès qui y sont liés. Quelle dose précisément ? Entre 75 et 100 mg, la limite par jour à ne pas dépasser pour un adulte étant de 3 grammes. Les scientifiques ont réalisé un travail de synthèse de 200 essais cliniques pour parvenir à ces résultats, publiés mercredi 6 août dans la revue de la Société européenne d’oncologie médical, Annals of oncology.

Avaler de l’aspirine chaque matin pendant 10 ans réduirait les cas de cancer du côlon de 35 % environ et les cas de cancer de l’œsophage et de l’estomac de 30 %. Les décès liés à ces types de cancers seraient eux aussi diminués de 35 à 50 %. « Cela semble être la chose la plus importante à faire pour réduire le nombre de cancers après le fait d’arrêter de fumer et de réduire l’obésité », affirme le Pr Cuzick dans The Guardian. En effet, 130 000 vies pourraient être sauvées sur vingt ans au Royaume-Uni…

L’aspirine anti-cancer : aucune recommandation officielle

Et le risque hémorragique dans tout ça ? Car si l’aspirine protégerait contre le cancer, on sait aussi que cette molécule est à l’origine d’hémorragies digestives et cérébrales, même à faible dose. Les chercheurs rétorquent que les bénéfices anti-cancer dépassent largement les risques hémorragiques. Il faudra tout de même attendre d’autres recherches pour « déterminer la dose optimale et la durée d’utilisation, et identifier les personnes à risque accru de saignement ».

Pour être efficace dans la prévention du cancer, la dose de 75 mg doit être prise pendant au moins 5 ans, voire 10 ans chez les personnes âgées de 50 à 64 ans. Mais attention, aucune recommandation officielle pour le moment. Les personnes qui envisageraient de compléter leur petit déjeuner avec un cachet d’aspirine doivent impérativement en faire part à leur médecin avant de commencer. 

Lire aussi : 
Cancer colorectal : l’aspirine ne protège pas tout le monde
Infertilité masculine : l’aspirine pointée du doigt 

Julie Toury