Le 3e genre, ni féminin ni masculin, reconnu en Allemagne

L'Allemagne deviendra prochainement le premier pays européen à reconnaître un troisième genre. Les bébés intersexués pourront ensuite choisir leur identité sexuelle en grandissant.

0
2021
Les Allemands pourront dorénavant enregistrer leur enfant en tant que 3e genre, ni masculin, ni féminin. ©ThinkStock

A partir du 1er novembre prochain, l’Allemagne reconnaîtra le troisième genre, ni masculin, ni féminin. Les parents pourront en effet inscrire un sexe indéterminé sur le certificat de naissance de leur enfant, d’après les informations publiées par le Süddeutsche Zeitung.

Un 3e genre pour les bébés intersexués

On appelle « bébés intersexués », les nourrissons présentant une ambiguïté sexuelle constitutive. Il peut s’agir d’une anomalie dans le déterminisme des ovaires ou des testicules, ou dans la différenciation des organes génitaux.

Jusqu’à aujourd’hui, il leur était obligatoirement attribué l’un des deux sexes dès la naissance. Ceux à qui on attribuera le 3e genre pourront ensuite modifier leur identité sexuelle sur leur certificat de naissance à tout moment de leur vie.

3e genre : progrès ou recul ?

La Cour constitutionnelle avait recommandé ce changement, déclarant que le genre est un droit humain de base. Il s’agira du premier pays européen dans ce cas et pour certains, d’un premier pas vers la reconnaissance du statut d’hermaphrodite.

Selon un membre de l’Organisation Internationale des Intersexes (OII) interrogé par Rue 89,  il s’agit au contraire d’une régression. « Aucune association représentant les intersexes n’a jamais revendiqué la création d’une troisième case. On peut très bien ne pas déclarer de sexe administratif à la naissance, comme c’est déjà le cas en France : quand un intersexe naît, on a deux ans pour déclarer le sexe, à la demande du médecin et avec accord du juge », explique Vincent Guillot.

> Lire aussi : Le poisson clown est-il aussi hermaphrodite ?

VIDEO – Reportage M6 sur le 3e genre en Allemagne

Charlotte Loisy