Le bisphénol A sera remplacé par des substituts

Les effets néfastes du bisphénol A sur la santé sont connus depuis maintenant plusieurs années. Des chercheurs seraient sur le point de trouver des substituts afin de mettre fin à son utilisation.

0
2340
Le bisphénol A a été interdit dans la fabrication des biberons ©ThinkStock

Dangereuse pour la santé, l’utilisation du bisphénol A (BPA) a déjà été interdite dans la fabrication des biberons. Un projet de loi prévoit de généraliser cette interdiction aux procédés de fabrication d’autres produits. En attendant, l’Inserm a décidé de rechercher des substituts aux bisphénol A.

Le bisphénol A est un perturbateur endocrinien. Autrement dit, il agit sur les hormones et perturbe leur équilibre. Nul ne doute aujourd’hui, après les rapports de l’Anses et de l’Académie de médecine, que ses effets sur la santé humaine sont néfastes. Il serait d’ailleurs, notamment, responsable de la baisse de la fertilité.

Et lors de son discours de clôture de la conférence environnementale, Jean-Marc Ayrault, en sa qualité de Premier ministre a incité sur le fait que le gouvernement soutenait la proposition de loi de Gérard Bapt pour interdire le bisphénol A.

La structure du bisphénol A servira de base au substitut

L’initiative de l’Inserm est largement saluée. En effet le bisphénol A est présent dans de nombreux produits du quotidien et une interdiction totale de son utilisation est inenvisageable tant qu’il ne peut pas être remplacé par une autre substance dans les procédés de fabrication.

Les chercheurs sont parvenus à identifier la structure du bisphénol. Ils sont maintenant capables de constituer une nouvelle molécule sur ce modèle. Il leur reste encore à trouver celle qui remplira les mêmes fonctions que le bisphénol A sans être nocif pour la santé humaine.

Les trouvailles de l’Inserm devront ensuite passer des tests d’efficacité et d’innocuité avant qu’un substitut ne soit officiellement annoncé ainsi que l’a rappelé ce week-end Jean-Marc Ayrault.

Georgina Brinster