Le cancer de la thyroïde détecté par un chien

Une équipe de chercheurs américains vient d'affirmer le fait que les chiens renifleurs étaient capables de détecter un cancer de la thyroïde simplement en sentant des échantillons d'urine.

0
1709
Avec de l'entraînement, un berger allemand est capable de détecter avec un taux important de réussite un cancer de la thyroïde ou de la prostate grâce à son odorat très développé. ©ShutterStock

Les animaux peuvent être de vrais alliés pour l’Homme. La preuve avec cette étude réalisée par des chercheurs de l’Université de médecine de l’Arkansas (États-Unis). Le 6 mars, à l’occasion du Congrès annuel de la société d’endocrinologie à San Diego, les scientifiques ont révélé que certains chiens étaient en mesure de différencier un cancer de la thyroïde de nodules bénins, simplement en reniflant de l’urine.

Frankie, le berger allemand détecteur de cancer

Au centre de ces travaux, on retrouve Frankie, un berger allemand dressé spécialement pour cette expérience. Trente-quatre volontaires ont donné un échantillon de leur urine puis ont été soumis à une biopsie. Quinze d’entre eux étaient atteints d’un cancer. L’animal est parvenu à donner le bon diagnostic pour trente malades. Une jolie performance.

Frankie est capable de réaliser avec autant de précision un tel test grâce à son odorat très développé, l’une des caractéristique des chiens renifleurs. Il est ainsi à même d’identifier les composés organiques volatiles qui se forment à cause de la maladie.

Les chiens renifleurs pourraient remplacer la biopsie

« Les chiens renifleurs peuvent être utilisés par les médecins pour détecter la présence d’un cancer de la thyroïde à un stade précoce et éviter la chirurgie quand elle n’est pas justifiée », analyse Donald Bodenner, le chef du service d’endocrinologie – oncologie à l’Université de médecine d’Arkansas (Science Daily). Le spécialiste reconnaît que cette technique est « légèrement » moins efficace que la ponction à l’aiguille fine (biopsie) mais elle a le grand avantage d’être non invasive et peu coûteuse.

Ce n’est pas la première fois que des canidés sont mobilisés dans le cadre de ce genre d’étude. L’année dernière, une équipe de chercheurs menée par le Dr Gianluigi Taverna de l’Humanitas Research Hospital de Milan assurait qu’avec un peu d’entraînement, des chiens pouvaient détecter un cancer de la prostate en reniflant un échantillon d’urine et même identifier les différents stades de la maladie.

Autant d’avancées qui s’avèrent prometteuses pour l’avenir des patients. Car c’est désormais bien connu, améliorer les techniques de dépistage est essentiel pour mieux lutter contre le cancer : plus les médecins détectent tôt la tumeur, plus les chances de guérison sont importantes.

Lire aussi :

Asthme : les bébés protégés par les chiens

Stress, insomnie : le ronronnement du chat serait aussi efficace qu’un médicament

Damien Rigat