Le chocolat contre les AVC

Le chocolat n'en finit plus de nous montrer ses bons côtés. Il est aujourd'hui prouvé qu'il serait un bon allié contre les AVC.

0
3429

Après les produits laitiers, le chocolat pourrait également être un allié contre l’accident vasculaire cérébral (AVC).

Pour arriver à ces conclusions, Susanna C. Larsson, du Karolinska Institute de Stockholm (Suède) et ses collègues ont suivi 37 000 hommes durant 10 ans. Au terme de l’étude, les hommes qui avaient une grande consommation de chocolat (62g en moyenne par semaine) réduisaient leurs risques d’AVC de 17 % par rapport à ceux qui en mangeaient peu. D’après la revue Neurology, cette affirmation serait vraie pour les deux types d’AVC, ischémiques et hémorragiques.

En comparant leurs résultats avec cinq autres analyses sur le même sujet, les conclusions étaient les mêmes. Les grands consommateurs de chocolat avaient environ 19 % de risques en moins que non les non consommateurs.

En regroupant toutes les données, les chercheurs ont conclu que pour chaque augmentation de la consommation de 50 g par semaine, le risque était diminué de 14 %.

Le chocolat et ses vertus

Mais pourquoi le chocolat aurait-il tant d’effets positifs ? Les scientifiques attribuent cela aux propriétés antioxydantes, anti-coagulantes et anti-inflammatoires des flavonoïdes présents dans le chocolat. Susanna C. Larsson pense également que le chocolat pourrait permettre de réduire le mauvais cholestérol et la pression artérielle.

Si 90 % du chocolat consommé par ces personnes était du chocolat au lait, contenant environ 30 % de cacao, on peut imaginer que les bénéfices du chocolat noir, contenant davantage de cacao, sont accrus.

Mais comme toujours, ces résultats seront à recouper avec d’autres études, même si l’équipe de chercheurs a tenu compte de plusieurs facteurs pour arriver à ces conclusions.

Que cette étude ne devienne pas une excuse ! On n’oublie pas pour autant que le chocolat, surtout au lait, est un aliment très calorique, riche en graisse et en sucre, et qu’il doit donc être consommé avec modération.

Mathilde Bourge