Le Harlem Shake n’a pas la cote auprès du gouvernement tunisien

La nouvelle danse à la mode ne plaît pas à tout le monde. Des lycéens tunisiens ont réalisé une vidéo du Harlem Shake au sein de leur établissement scolaire et sont maintenant menacés par le ministère de l'Education nationale.

0
1309
Harlem Shake ©DR

Le Harlem Shake, la nouvelle « danse » à la mode, ne fait pas l’unanimité. Surtout pas en Tunisie, où une vidéo réalisée par des lycéens de l’établissement des Pères Blancs, à Tunis, crée la polémique entre les partisans et les opposants au gouvernement.

A première vue, cette vidéo n’a rien de choquant. Les étudiants commencent leur chorégraphie par une reprise de Gangnam style » avant de se lancer à proprement dit dans le Harlem Shake, danse destructurée visiblement tendance ces derniers temps.

Seulement voilà, quelques heures à peine après sa diffusion sur Facebook, la vidéo est parvenue jusqu’à un utilisateur du réseau, supposé proche du parti islamiste Ennahda, actuellement au pouvoir dans le pays. Ce « Facebookien » aurait ensuite partagé le lien en affirmant qu’il porterait cette affaire devant le ministre de l’Education nationale. Il accuse les responsables de l’établissement de laxisme, ces derniers n’étant pas intervenus lors de l’enregistrement de la bande, alors que plusieurs lycéens se trouvaient en sous-vêtements. Le porte-parole de l’inspection générale a indiqué que l’ouverture d’une enquête était une « procédure de routine ».

Les jeunes du pays ne sont cependant pas décidés à se laisser faire. Depuis la décision du gouvernement, les vidéos de Harlem Shake se sont multipliées dans le pays, en signe de soutien aux jeunes lycéens. Un Harlem Shake géant devrait même se tenir le 1er mars devant le ministère de l’Education nationale. La danse devrait regrouper près de 4 000 personnes.

Maxime Quéma