Le mélange alcool et cigarettes augmenterait l’effet gueule de bois

Une étude américaine démontre que l’association clope et bières renforcerait les maux de tête et les nausées d’un lendemain de soirée.

0
2968
Alcool et tabac ne font pas bon ménage ©ThinkStock

L’alcool appelle la clope et inversement… C’est en tout cas ce que pensent bon nombre de fumeurs en soirée. Si ce comportement, on le sait, n’est pas des plus sains, une étude américaine prouve qu’en plus des méfaits déjà connus, le mélange alcool et cigarettes aggraverait l’effet gueule de bois.

L’enquête, menée par le docteur Damaris Rohsenow et ses collègues de la Brown University, a porté sur le comportement de 113 étudiants. Pendant huit semaines, ces derniers devaient tenir un journal faisant état de leur consommation d’alcool et de tabac, quantité et fréquence comprises. En plus de cela, les jeunes gens devaient indiquer, après une soirée entre amis, s’ils étaient fatigués, nauséeux, s’ils avaient du mal à se concentrer ou avaient des maux de tête bref… Si oui ou non ils avaient la gueule de bois !

Grâce à ces données, les chercheurs ont pu estimer le degré d’alcoolémie de chacun, prenant en compte le poids des individus ainsi que l’heure de consommation des boissons. Les scientifiques ont finalement constaté que les personnes qui fumaient le plus étaient également ceux qui souffraient davantage des symptômes de la gueule de bois. Ceci n’a toutefois été observé qu’après des soirées bien arrosées, avec une alcoolémie de 110 milligrammes d’alcool par décilitre de sang, soit environ six cannettes de bière par heure.

« Avec le même nombre de verre, les personnes qui fument plus le même jour sont plus susceptibles d’avoir une gueule de bois et ont des malaises plus intenses. Et fumer a été lié à un risque accru de gueule de bois comparé à ce qui ne fument pas du tout. Ceci soulève la probabilité que le tabac a une sorte d’effet direct sur la gueule de bois », a commenté le Dr Damaris Rohsenow cité par la BBC. Toutefois, l’origine de cet effet reste floue et l’association entre tabac et alcool est jugée « complexe ».

Alcool et cigarettes : une relation qui reste floue

D’après les chercheurs, ceci pourrait être lié aux effets de la nicotine sur le système nerveux. « Dans la mesure où l’alcool et le tabac interagissent tous les deux avec les récepteurs du cerveau ce n’est pas une surprise que fumer apparaisse comme augmentant le risque de gueule de bois chez les personnes qui consomment les deux substances », a expliqué Amanda Sandford, responsable de recherche à l’Action on Smoking and Health. Des travaux seraient cependant nécessaires pour en savoir plus et confirmer l’effet.

Malgré le flou des résultats, une telle étude pourrait se révéler utile pour les campagnes de prévention. « Nous espérons que, connaitre la possibilité d’aggraver une gueule de bois en fumant, pourrait aider certains à diminuer leur consommation d’alcool, de cigarettes, voire des deux », a indiqué un porte-parole de l’association Action on Addiction.

Mathilde Bourge