Le met favori de ce poisson ? Les testicules !

Dans le détroit séparant la Suède et le Danemark, un pêcheur a attrapé un pacu. Ce poisson, qui se trouve normalement dans la région amazonienne, mange parfois les testicules des baigneurs.

0
4764
Le pacu, ce poisson mangeur de testicules ©DR

Un monstre marin mangeur de testicules. L’information peut, à première vue, paraître drôle et pourtant, elle est des plus sérieuses. Dans le détroit séparant la Suède et le Danemark, le pacu, un poisson exotique origine d’Amérique du sud et proche du piranha, a migré vers la Scandinavie et sème le trouble. En effet, le drôle d’animal a pour réputation de s’attaquer aux parties intimes des hommes pour se nourrir. Dans le jargon scientifique, le pacu est d’ailleurs surnommé « le coupeur de testicules ».

Le pacu mange normalement des noix…

Si le pacu circule, en temps normal, dans la région amazonienne, il a été repéré pour la première fois au large de la Suède, explique le Telegraph. Il y a quelques jours, un pêcheur a attrapé l’un de ces poissons et a tout de suite alerté le Museum national d’histoire naturelle. Le pacu, qui est normalement un poisson d’eau douce, peut mesurer jusqu’à 90 centimètres et peser jusqu’à 25 kilos. Mais celui coincé dans le filet de ce pêcheur ne faisait que 21 cm. Les autorités suédoises conseillent tout de même aux baigneurs de garder leur maillot en toutes circonstances. « Les pacus ne sont normalement pas dangereux mais ils ont une bonne mâchoire et il y a eu des incidents dans certains pays. Par exemple, en Papouasie Nouvelle-Guinée des hommes se sont fait arracher les testicules », a expliqué Henrik Carl, un expert du muséum danois.

Lire aussi : Des poissons mangeurs de pigeons

Et si les pacu s’en prennent aux parties intimes des hommes, c’est pour une raison simple : « ils ont faim et les testicules se logent bien dans leur gueule », affirme le scientifique. « Leur bouche n’est pas très grande donc ils mangent normalement des noix, fruits et des petits poissons mais les testicules sont des cibles naturelles. Ce n’est pas normal d’avoir ses testicules arrachés, bien entendu, mais cela peut vite arriver, surtout en ce moment, en Suède ».

Mathilde Bourge