Le mystère du hamburger « qui ne voulait pas mourir »

Un Américain a retrouvé un hamburger acheté au McDonald's il y a quatorze ans, au fond d'une poche. Incroyable : le sandwich est resté intact !

0
6857
Comment ce hamburger a-t-il pu survivre quatorze ans ? Mystère... ©DR

Quatorze ans et pas une moisissure. Un hamburger acheté au McDonald’s en 1999, et oublié dans une poche, a survécu tout ce temps-là… Comment ? « C’est la question à un million de dollars », plaisante David Whipple, son propriétaire, interviewé par l’agence de presse UPI. Si le steak haché et le pain ont bien évidemment durcis, ils sont restés intacts en apparence. Aucun champignon, aucune bactérie n’a proliféré. Seul le cornichon s’est désagrégé.

> Lire aussi : McDonald’s dévoile enfin la recette de son Big Mac

Le « burger qui ne voulait pas mourir » – c’est ainsi qu’on le surnomme – est devenu une véritable star aux États-Unis. Les Américains ont pu voir à quoi il ressemblait lors de son passage dans l’émission The Doctors sur CBS (vidéo) :

Le burger ne devait être conservé qu’un mois

Enseignant dans l’Utah, aux États-Unis, D. Whipple explique avoir acheté ce burger pour mener une expérience. Il l’avait rangé dans sa poche et comptait le ressortir un mois plus tard pour expliquer à ses élèves l’action des enzymes sur les aliments. Mais les semaines ont défilé et le professeur a rangé sa veste au placard, oubliant le sandwich à l’intérieur… En 2004, l’un de ses enfants l’a découvert, parfaitement conservé. Stupeur !

Depuis, D. Whipple trimballe sa relique dans les établissements scolaires pour démontrer aux écoliers l’importance du « bien manger ».

Un phénomène normal ou dû aux additifs ?

Les détracteurs de la malbouffe ont sauté sur l’occasion pour dénoncer l’usage abusif d’additifs et de conservateurs dans les menus des fast foods. McDonald’s s’est aussitôt défendu en expliquant, dans un communiqué, que « les bactéries et les moisissures ne peuvent se développer que si le niveau d’humidité présent dans les ingrédients ou l’environnement est suffisamment élevé ». « Si la nourriture est sèche ou s’assèche, la décomposition ne pourra survenir. Cette règle est tout aussi vraie pour les plats mitonnés à la maison », poursuit la chaîne de restauration. Vous voilà rassurés ?

Thomas Levy