Le pain, aussi addictif qu’une drogue

D'après une étude américaine, les féculents seraient rendraient autant accro que la nicotine. En effet, notre cerveau percevrait ces aliments comme une chose agréable pour notre corps.

0
4574
Le pain serait aussi addictif que la nicotine ©ThinkStock

Le pain. Principale source de féculents des Français. Une question de culture ? Sans doute, mais pas que. D’après une étude, publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition, les féculents auraient, à l’instar des drogues, un effet addictif sur le cerveau humain. Les chercheurs du Boston Children’s Hospital révèlent que cela serait dû à l’indice glycémique élevé de ces aliments, qui serait de 70 pour le pain et qui varierait de 65 à 95 pour les pommes de terre, selon leur mode de cuisson.

Addiction aux féculents : qu’est-ce que l’indice glycémique ?

L’indice glycémique (IG) est, tout simplement, la vitesse de diffusion des sucres dans l’organisme. Celle-ci influence le taux de sucre dans le sang et, par conséquent, stimule le taux d’insuline présent dans notre corps. Et plus l’indice est élevé, plus le sucre circule rapidement. Avec des chiffres aussi élevés, le pain et la pomme de terre entraînent une très forte réponse du corps qui va produire une grande quantité d’insuline. Mais ce n’est pas tout, puisque le cerveau, lui aussi, s’en mêle en nous faisant croire que ce que nous venons d’ingérer est agréable, tout comme il le fait après la consommation de drogues.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont analysé le comportement de plusieurs patients obèses ou en surpoids, mais en bonne santé. Chacun devait manger des aliments à IG élevé avant de passer un IRM. Résultat : le cerveau des patients réagissait de la même manière que celui d’une personne accro. En effet, les parties du cortex cérébral réagissant à la récompense et au désir se sont fortement activées. Une preuve de plus ? Essayez de vous passer de pain, ne serait-ce qu’une semaine, et vous verrez.

Mathilde Bourge