Le pape Benoît XVI démissionne, qui sera son successeur ?

Ce matin, l'évêque de Rome a annoncé qu'il quitterait ses fonctions le 28 février prochain. La question de sa succession se pose déjà.

0
3860
Benoît XVI quiterra ses fonctions le 28 février 2013 ©Sipa

Le pape Benoît XVI a annoncé sa démission ce matin, lors d’un discours prononcé en latin durant un consistoire au Vatican, invoquant son état physique. Il quittera ses fonctions dès le 28 février prochain. « Le pape a annoncé qu’il renoncera à son ministère à 20H00 (19H00 GMT), le 28 février. Commencera alors la période de ‘sede vacante’ (siège vacant) », a précisé le père Federico Lombardi.

Cela faisait longtemps qu’un tel scénario ne s’était pas produit. Le dernier pape à avoir renoncé à ses fonctions était Grégoire XII, en 1415. Si la chose est rare, la démission du Pape est envisagée par le Code de droit canonique. « S’il arrive que le Pontife Romain renonce à sa charge, il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu’elle soit dûment manifestée, mais non pas qu’elle soit acceptée par qui que ce soit », est-il écrit.

Qui sera le successeur de Benoît XVI ?

L’Eglise se retrouvera sans Saint-Père d’ici la fin du mois. Il faudra alors lancer les démarches pour élire un nouveau pape. La sélection se déroulera, comme toujours, à Rome. C’est là que le collège des cardinaux se rassemble pour élire le nouveau pape, « principe perpétuel et visible, fondement de l’unité tant des évêques que de la masse des fidèles » (Lumen Gentium, n° 23).

Pour être éligible, un homme doit simplement être baptisé et vivre en règle avec l’Eglise. Si la plupart des papes sont issus du Collège cardinalice, n’importe quelle autre personne peut être élue. Elle sera alors ordonnée avant d’accéder à ses nouvelles fonctions.

Un élu peut-il refuser de devenir pape ?

A chaque nomination, l’élu doit répondre à cette simple question : « Est-ce que vous acceptez votre élection canonique en tant que souverain pontife ? » Cependant, les élections se déroulant à huis-clos, il est impossible de savoir si un homme a déjà refusé le statut d’évêque de Rome.

Comment le prénom du pape est-il choisi ?

Les pontifes changent de prénom une fois élu et peuvent s’attribuer celui de leur choix, comme par exemple une forme latinisée de son nom de baptême, nom de l’un de ses prédécesseurs à la tête de l’Eglise catholique ou nom d’un saint.

Seul le nombre suivant leur dénomination sera imposé, en fonction des différents prédécesseurs.

La réaction de Christine Boutin, présidente du parti chrétien-démocrate, sur BFMTV :

Mathilde Bourge