Le portable favorise les accidents de piétons

Selon une enquête menée par Ford, 53 % des Français utilisent leur smartphone en traversant la rue. Un chiffre qui fait du mobile l’une des principales menaces pour la vie des piétons.

0
2721
Le portable favorise les accidents de piétons ©ShutterStock

Depuis quelques années, on ne se sépare plus de son mobile et, ce, même au détriment de notre sécurité. Nous sommes joignables n’importe où et on n’hésite pas à répondre à un appel ou à un texto tout en marchant dans la rue et même … en traversant un passage piéton. C’est ce que nous prouve l’étude de Ford réalisée auprès de plus de 10 000 personnes de plus de 18 ans dans 10 pays. Le but était simple : évaluer les risques encourus par les piétons quand ils traversent une rue.

Des chiffres inquiétants mais à modérer

Le smartphone et ses multiples fonctionnalités est un outil extrêmement distrayant. On peut donc traverser une rue en faisant tout autre chose : 45 % des Français poursuivent leur conversation téléphonique, 13 % envoient des textos les yeux rivés sur leur écran, 6 % consultent une page internet et 3 % regardent une vidéo ou jouent à un jeu mobile. Le résultat est sans appel : 15 % des jeunes de 18 à 24 ans, les principaux « accros du téléphone », déclarent avoir eu ou échappé de justesse à un accident à cause de leur inattention.

Pour l’instant, plus d’un piéton tué sur deux est un sénior de plus de 65 ans, selon l’association Prévention Routière. La raison est simple : leurs réflexes et leurs sens comme l’ouie et la vue sont moins performants. Mais ils pourraient très vite se faire détrôner par ces jeunes qui, lorsqu’ils téléphonent, envoient des textos ou écoutent de la musique, amoindrissent l’acuité de leurs sens. En effet, 3 personnes sur 10 n’enlèvent leurs écouteurs lorsqu’ils traversent d’après l’enquête de Ford.

Toutefois, la France et ses 53 % d’utilisateurs de smartphone au passage piéton est loin derrière les Roumains (83 %), les Italiens (67 %) et les Espagnols qui sont 65 % à se mettre en danger.

Les opérateurs mobiles ont-ils une solution ?

Au Japon, cette pratique a un nom : le « Aruki-sumaho » littéralement « marcher + téléphone ». Et le phénomène est si fréquent que les opérateurs téléphoniques affichent des messages de prévention dans les rues pour essayer de sensibiliser la population. Avec des carrefours démesurés comme comme ceux Tokyo, mieux vaut ne pas plaisanter.

C’est pourquoi Softbank, le deuxième opérateur mobile japonais a développé une application qui utilise l’accéléromètre du smartphone pour détecter si l’utilisateur est en mouvement. Dans un premier temps un bandeau s’affiche en haut de l’écran et si le piéton ne s’arrête pas, le mobile est bloqué. Moins radical, Apple a déposé un brevet qui vente les avantages d’un iPhone où l’on pourrait lire des sms ou aller sur le net à travers une interface transparente qui afficherait l’image captée devant l’utilisateur par la caméra de l’appareil photo. Astucieux.

Les usages du téléphone bientôt réglementés ?

En chine, un parc d’attractions de la mégalopole de Chongqing a eu l’idée de séparer les trottoirs en deux voies : une pour les piétons avec mobiles, les autres sans. La ville de New York, quant à elle, est plus extrême et envisage simplement de créer une loi qui réglementerait l’usage du portable dans les rues.

En France, après s’être vu interdit au volant, le téléphone sera-t-il bientôt aussi interdit aux piétons ? Ce n’est pas d’actualité si l’on en croit les propos du Premier ministre Manuel Valls publiés dans Journal Officiel en février 2014 affirmant qu’il n’est pas « envisagé d’aller dans le champ d’une interdiction qui serait d’ailleurs difficilement applicable par les forces de l’ordre. »

La période de novembre à février est la plus meurtrière pour les piétons à cause des mauvaises conditions de visibilité dues aux intempéries. Alors restez sur vos gardes !

Lire aussi :

États-Unis : une loi interdit aux piétons d’écrire des SMS

– Portable et cancer : une étude confirme le lien 

Melissa Carles