Le sel, responsable de 2,3 millions de décès par an dans le monde

Selon une étude internationale, plus de 2 millions de personnes perdraient la vie chaque année des suites d'une alimentation trop salée. Ces excès seraient responsables de nombreux accidents vasculaires cérébraux.

0
6703
La surconsommation de sel tue 2,3 millions de personnes chaque année à travers le monde ©ThinkStock

On ne le dira jamais assez : notre consommation de sel est trop élevée. Selon une étude collaborative internationale menée par 488 scientifiques de 50 pays différents, cet excès serait même responsable de 2,3 millions de décès par an dans le monde.

Lire aussi : Les Français mangent toujours trop de sel

Selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), en France, la consommation de sel tourne autour des 10g/j pour les hommes et 8g/j pour les femmes. Des portions bien plus riches que celles préconisées par le Plan national nutrition santé (PNNS), qui recommande de ne pas excéder les 8g/j pour les hommes et 6,5g/j pour les femmes. De son côté, l’Organisation mondiale de la santé souhaite réduire ma consommation de sel à 5g/j.

Trop de sel : augmentation de la pression artérielle

On ne vous apprend rien : une surconsommation de sel entraîne l’augmentation de la pression artérielle. Selon le Pr Blacher, interrogé par le Figaro.fr « plus on mange de sel et plus on augmente son risque d’accident vasculaire cérébral. Pour l’infarctus du myocarde, c’est un peu moins net, mais le risque existe aussi. »

Le point positif dans tout ça ? Les effets néfastes ne sont pas irréversibles. « Quand un hypertendu qui consomme trop de sel réduit sa consommation, il fait baisser son hypertension », explique le professeur. Mais « la réponse est très variable selon les patients ».

Se méfier des plats préparés et du pain

Alors, faut-il retirer la salière des tables du monde ? Selon les experts, le fait de resaler ses plats n’est pas la cause principale d’une surconsommation, puisque l’essentiel des apports proviennent des aliments eux-mêmes. Charcuteries, fromages, pizzas mais aussi plats préparés, autant de choses à éviter lorsque l’on présente déjà des problèmes d’hypertension.

Autre aliment « piège » : le pain. Selon Irène Margaritis, chef de l’évaluation sur la nutrition et les risques nutritionnels à l’Anses, cet aliment est « un gros contributeur, même si c’est un très bon aliment sur le plan nutritionnel par les vitamines et les fibres qu’il apporte ». Comme toujours, tout est une question de dosage.

Lire aussi : Une alimentation trop salée peut provoquer la sclérose en plaques

Maxime Quéma