Le soutien-gorge ? Un faux besoin

Selon le professeur Rouillon, du CHU de Besançon, porter un soutien-gorge n'empêcherait pas les seins de tomber. Au contraire.

0
4304
Le soutien-gorge ne ralentirait pas les effets de la gravité ©ThinkStock

Le soutien-gorge ne sert à rien. Enfin presque. Selon l’hypothèse du professeur Jean-Denis Rouillon, du CHU de Besançon, « les seins ne tombent pas plus quand les femmes ne portent pas de soutien-gorge ». Au contraire.

Pour arriver à cette conclusion, M. Rouillon a, pendant quinze ans, mesuré au pied à coulisse et à la réglette les poitrines de près de 330 femmes. Et après toutes ces années, celles qui ne portaient pas ce sous-vêtement n’avaient pas plus subi la loi de la gravité que les autres. « Médicalement, physiologiquement, anatomiquement, le sein ne tire pas bénéfice d’être privé de la pesanteur », explique-t-il. « Le soutien-gorge est un faux besoin » qui empêcherait les « tissus de soutien de se développer ».

Toutefois, le professeur tient à signaler qu’il ne s’agit là que de « résultats préliminaires sur un groupe qui n’est pas représentatif de la population générale ». Il estime donc qu’il serait « dangereux de conseiller aux femmes » – et surtout pas très pratique pour les sportives- « d’arrêter de mettre des soutien-gorge ».

Maxime Quéma