L’Écosse dit « non » à l’indépendance

Les électeurs écossais ont dit "non" à l'indépendance de leur pays. David Cameron s'est félicité de cette victoire.

0
1433
55 % des Ecossais ont dit non à l'indépendance de leur pays. ©ShutterStock

L’Écosse ne sera pas indépendante. Les électeurs, appelés à se prononcer jeudi 18 septembre, ont été 55,42 % à dire « non » à leur séparation d’avec le Royaume-Uni. Alex Salmond, leader des indépendantistes, a reconnu la défaite de son camp lors d’une déclaration publique à Édimbourg : « L’Écosse a décidé, à la majorité, de ne pas devenir un pays indépendant », a-t-il regretté, avant d’appeler Londres à respecter le plus vite possible sa promesse de transférer davantage de pouvoirs à l’Écosse.

Nicola Sturgeon, vice-premier ministre écossaise et numéro 2 du Scottish National Party, a également exprimé son regret de voir l’Écosse toujours rattachée au Royaume-Uni. « Comme des milliers d’autres à travers le pays, j’ai mis tout mon cœur et mon âme dans cette campagne et il y a une véritable déception que nous ayons échoué de peu à obtenir la victoire du oui », a-t-elle déclaré sur l’antenne de la BBC.

De son côté, David Cameron s’est félicité du choix de ses compatriotes qui ont, selon lui, réglé la question de l’indépendance pour « une génération ». Le Premier ministre britannique a également déclaré qu’il était « temps pour le Royaume-Uni de se rassembler et d’aller de l’avant ».

Glasgow dit « oui » à l’indépendance

Si le vote nationale n’a pas été concluant pour les indépendantistes, ces derniers peuvent se consoler d’avoir emporté le « oui » de Glasgow, plus grande ville d’Écosse, avec 53 % des voix. A l’inverse, Édimbourg, la capitale, a voté contre à 61,1 %.

> Lire aussi :

L’indépendance de l’Ecosse, ça changerait quoi ?

Mathilde Bourge