Législatives 2012 : les 5 points à retenir

A l'issue des Législatives, la gauche remporte la majorité absolue à l'Assemblée nationale. Personnalités déchues, nouveaux arrivants... retour sur cinq points notables de cette élection.

0
2764
Législatives 2012 : les 5 points à retenir ©Sipa

Carton plein pour la gauche

François Hollande peut souffler. Le Parti socialiste obtient à lui seul la majorité absolue à l’Assemblée nationale avec 300 sièges (le seuil est de 289). Une première depuis 1981. En y ajoutant le score de ses proches alliés (radicaux de gauche et divers gauche), la gauche s’installe confortablement en occupant désormais 314 sièges.

Le gouvernement peut d’autant plus se réjouir qu’aucun de ses membres n’aura à démissionner. Les 25 ministres qui se sont portés candidats aux Législatives ont tous été élus ou réélus (6 dès le premier tour).

Royal, Bayrou et Lang au tapis

L’une des surprises de cette élection législative est la défaite de ténors de la vie politique française, dont certains ont déjà été candidats au poste suprême de président de la République. On pense bien entendu à Ségolène Royal, battue par le dissident Olivier Falorni à la Rochelle, ainsi qu’à François Bayrou, dépassé à Pau.

Quant à Jack Lang, son parachutage dans la 2ème circonscription des Vosges ne lui a pas réussi. Il échoue face au député UMP sortant Gérard Cherpion.

Chute de « grosses têtes » à droite

Coup dur pour l’UMP. Plusieurs de ses grandes figures, notamment impliquées dans la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, ont dû rendre ou renoncer à leur titre de député hier soir. Ainsi, Claude Guéant, l’ancien ministre de l’Intérieur, s’incline face au dissident UMP Thierry Solère dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine. Nadine Morano, peut-être victime de son appel aux électeurs du FN, échoue à Toul, en Meurthe-et-Moselle. Même (triste) sort pour l’ex-ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie, ou encore le secrétaire adjoint de l’UMP Hervé Novelli.

Pari réussi pour les Verts

Si leur score n’était pas franchement glorieux à la Présidentielle, les Verts réalisent une entrée tout à fait honorable à l’Assemblée nationale. Europe Ecologie-Les Verts décroche 18 sièges, soit 14 de plus qu’à la dernière législature. EELV a donc de quoi constituer un groupe parlementaire (il faut pour cela 15 sièges).

Entrée de « stars » au FN

Cela faisait quinze ans qu’aucun membre du Front national n’avait mis les pieds à l’Assemblée nationale. Les choses changent puisque Marion Maréchal-Le Pen, nièce de Marine Le Pen et petite-fille de Jean-Marie, remporte l’élection à Carpentras. A 22 ans, elle est la plus jeune députée de cette nouvelle législature. Autre star du FN à remporter l’élection, Maître Gilbert Collard, dans le Gard. L’ancien maire d’Orange, Jacques Bompard, ne fait pas parti du FN, mais s’inscrit tout de même à l’extrême-droite avec son propre parti, la Ligue du Sud. Il est lui aussi élu député.

Marine Le Pen échoue de peu à Hénin-Beaumont, avec 118 voix de moins que le socialiste Philippe Kemel.

Julie Toury