L’encens et les bougies parfumées bientôt interdits ?

Ils ont l'air inoffensifs et pourtant l'encens et certaines bougies parfumées se relèvent particulièrement polluants. Le ministère de l'Écologie vient d'annoncer l'imminence d'arrêtés interdisant l'usage des plus nocifs.

0
1746
Les encens et les bougies les plus polluantes seront bientôt interdites en France. ©ThinkStock

Le gouvernement envisage d’interdire les encens et les bougies les plus polluantes. On sait déjà que « les produits les plus polluants, par exemple les encens, qui émettent plus de 2 microgrammes par m3 de benzène, seront interdits » dans les prochains mois.

Pollution intérieure : l’encens mis en cause

Ces mesures interviennent dans le cadre du plan d’actions sur la qualité de l’air. Les ministères de l’Écologie, de la Santé et du Logement considèrent la pollution intérieure comme une « préoccupation de santé publique ».

L’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) avait conclu dans un récent rapport que les encens étaient beaucoup plus émissifs que les bougies et que leur usage, même mensuel, pouvait présenter des risques aigus, chroniques et cancérigènes.

Les principales substances toxiques émises par l’encens sont les particules, le benzène, le formaldéhyde et l’acétaldéhyde. Les bougies émettent surtout de l’acroléine, du formaldéhyde et des particules.

La lutte contre la pollution intérieure

Le gouvernement espère agir préventivement sur cette pollution intérieure, dont le coût est estimé entre 10 et 40 milliards d’euros par an. Un milliard concerne le remboursement des médicaments anti-asthmatiques. Une campagne d’information devrait être développée prochainement comprenant l’étiquetage des produits susceptibles d’émettre des polluants.

Avec la loi Grenelle 2, il sera obligatoire de surveiller la qualité de l’air intérieur des crèches et des écoles maternelles (à partir du 1er janvier 2015), des écoles élémentaires (à partir du 1er janvier 2018), des centres de loisirs et des collèges et lycées (à partir du 1er janvier 2020), et au des autres établissements, comme les hôpitaux (à partir du 1er janvier 2023).

> Lire aussi : Smog : un aspirateur à pollution testé en Chine

Charlotte Loisy