Les boissons énergisantes en cause dans deux nouveaux décès

Les boissons énergisantes, sous la surveillance des autorités de santé depuis 2008, sont, pourtant, mises en cause dans deux nouveaux cas de décès par crise cardiaque.

0
2615

En pleine période de révisions pour le bac, la tendance est à la consommation de boissons énergisantes. Ce qui relance la question de leur dangerosité. L’agence de sécurité sanitaire, alimentation, environnement, travail (Anses) a annoncé, mercredi 6 juin au soir, le cas de deux nouveaux décès par crise cardiaque en lien probable avec la consommation de boissons énergisantes.

L’Anses prend ces soupçons de lien entre décès et consommation de boissons énergisantes très au sérieux. En effet, « un décès avait déjà été auparavant signalé », précise l’agence. Elle veut tirer les choses au clair et « des investigations sont en cours » pour affiner l’analyse des causes des décès, a ainsi précisé l’agence sanitaire.

Boissons énergisantes sous surveillance

Mercredi soir, l’agence a également rapporté l’existance de « plusieurs cas » d’effets indésirables, « notamment lors de la consommation de ces boissons en association avec de l’alcool ». Pourtant depuis 2008, les boissons énergisantes sont placées sous la surveillance des autorités de santé. Parmi 13 cas sur 24 recensés « un lien de causalité possible ou probable a pu être établi » entre la consommation de ces boissons et le décès.

Les effets rapportés sont notamment d’ordre cardiaque, neurologique ou bien encore psychiatrique avec un changement du comportement. Mais il n’y a pas de règlement qui encadre les boissons énergisantes. Il s’agirait en fait, de boissons dont la propriété principale serait de « mobiliser l’énergie » à grand renfort d’ingrédients dits « stimulants » tels que taurine, caféine, guarana, ginseng ou vitamines.

L’agence sanitaire demande aux professionnels de santé de signaler tous les cas d’effets indésirables qui viendraient à leur connaissance.

Maëla Priolet