Les bourses étudiantes revalorisées de 0,7 %

Le gouvernement vient d'annoncer une légère revalorisation des bourses étudiantes. Cette décision a été prise juste après la publication d'une enquête de l'Unef dénonçant l'augmentation du coût des études dans l'enseignement supérieur.

0
1172
L'Unef réclame une revalorisation des bourses étudiantes « à la hauteur de la hausse du coût de la vie (2 %) » et un « investissement de 200 millions d’euros ». - crédit photo : Tyler Olson ©ShutterStock

Dans une enquête diffusée hier, dimanche 17 août, l’Union nationale des étudiants de France (Unef) indique que le coût d’une année d’étude dans l’enseignement supérieur coûte cette année 2 % de plus par rapport à l’an passé. En réaction, le gouvernement a pris la décision de revaloriser de 0,7 % les bourses sur critères sociaux.

Bourses : l’Unef réclame une revalorisation de 2 %

Dans son étude, l’Unef constate que l’augmentation globale des loyers et des frais obligatoires (cotisations de Sécurité sociale, frais d’inscription, etc.) a entraîné une hausse du coût de la vie étudiante quatre fois supérieure à l’inflation. Le syndicat regrette la décision du gouvernement de geler les bourses à la rentrée, une mesure « qui pénalisera le pouvoir d’achat de 640 000 étudiants ».

L’Unef réclame une revalorisation des bourses « à la hauteur de la hausse du coût de la vie (2 %) » et un « investissement de 200 millions d’euros », notamment pour augmenter de 50 euros par mois le montant de la bourse maximale (550 euros mensuels) afin d’atteindre le montant d’un RSA.

Bourses étudiantes : le gouvernement réagit sur-le-champ

Le ministre de l’Éducation nationale, Benoît Hamon, et la secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, ont immédiatement réagi à cette annonce. Quelques heures après la publication de l’enquête, ils se sont engagés à augmenter les bourses des étudiants modestes à hauteur de 0,7 %, en sachant que l’inflation constatée sur l’année est de 0,5 %. Cette revalorisation « est loin de la hausse du coût de la vie », estime William Martinet, le président de l’Unef (Les Échos). Elle est d’ailleurs la plus faible du quinquennat : elle atteignait 2,1 % en 2012, 1 % en 2013.

Par ailleurs, le gouvernement a déclaré qu’il comptait poursuivre la réforme des bourses sur critères sociaux entamées en 2013. Ainsi, 77 500 nouvelles bourses annuelles de 1 000 euros seront crées pour les étudiants ne bénéficiant d’aucune aide jusqu’ici. Le ministère de l’Éducation a également rappelé que 40 000 logements étudiants supplémentaires allaient être construits d’ici 2017.

Lire aussi :

La fin des bourses au mérite

La CMU-c étendue aux étudiants précaires

Cécile David