Les cabines britanniques passent du rouge au vert

La Red Telephone Box change de couleur. L’emblématique cabine téléphonique anglaise se met au vert. Un projet à la fois technologique et écologique.

0
1326

En France, faute d’utilisateurs, les cabines téléphoniques disparaissent peu à peu de nos rues. Quelques-unes subsistent pour rappeler qu’il y a eu une époque avant le téléphone portable. Mais outre-Manche, la Red Telephone box, cabine téléphonique d’une couleur rouge emblématique, est un symbole national, et les Britanniques ne peuvent se résoudre à la voir disparaître.

Un projet écologique et technologique

Le rouge fait alors place au vert. La cabine téléphonique devient une Solarbox, repeinte en verte et fonctionnant désormais à l’énergie solaire. La première a été inaugurée mercredi 1er octobre à Tottenham Court Road, l’un des carrefours les plus fréquentés du centre de Londres.

La Solarbox, c’est le projet d’Harold Craston et Kirsty Kenny, deux jeunes entrepreneurs britanniques. Alors que ces cabines rouges étaient délaissées au profit des téléphones portables, elles retrouvent ici une nouvelle utilité, à la fois technologique et écologique.

A l’intérieur de ces Solarbox on ne retrouve plus de combiné mais des prises qui permettent de recharger gratuitement son smartphone ou sa tablette. Une batterie permet également de stocker l’énergie solaire produite pendant la journée, offrant ainsi un service identique, de jour comme de nuit, ou par temps couvert.

Une deuxième Solarbox en janvier

« Nous voulons montrer qu’on peut utiliser l’espace public d’une manière positive et que Londres essaie de devenir plus verte », déclare Harold Craston. « L’idée, c’était d’utiliser quelque chose dont ne se sert plus », ou du moins l’utiliser intelligemment. Une idée qui séduit donc, puisque la deuxième cabine Solarbox devrait être mise en service d’ici janvier 2015.

Et même si elles changent de couleurs, ces cabines rouges, instaurées en 1936, font partie intégrante du patrimoine britannique, au même titre que les bus rouges et les taxis noirs.

Lire aussi : Des cabines téléphoniques reconverties en mini-bibliothèques

Laurie Ferrère