Les compléments alimentaires sont-ils dangereux ?

Alors qu’un documentaire de France 5 dévoile les multiples fraudes de l’industrie des compléments alimentaires, une étude de NutriNet Santé montre qu’un Français sur quatre en consomme au moins trois fois par semaine. Ces pilules sont-elles réellement sans danger ?

0
5144
En France, 15 % des hommes et 28 % des femmes consomment un complément alimentaire au moins 3 fois par semaine. ©ThinkStock

Une gélule pour maigrir. Une autre pour lutter contre la fatigue. Et une dernière pour mieux bronzer. Selon Sylvie Chabas, elles sont parfois de trop. Dans le documentaire diffusé sur France 5 le dimanche 14 avril « Compléments alimentaires, une pilule qui passe mal », elle dénonce des fraudes chez les fabricants.

Compléments alimentaires, quels dangers ?

Les scientifiques toulousains interrogés lui affirment que l’étiquette 100 % naturel n’est parfois pas méritée et qu’ils contiendraient au contraire des composés organiques aux effets secondaires dangereux. Cela concernerait surtout les produits amaigrissants et aphrodisiaques.

Mais le plus grand danger de ces compléments vient de l’automédication. Sans les conseils d’un médecin, on peut combiner des compléments alimentaires avec des médicaments qui ne doivent pas être associés, notamment ceux pour le système nerveux ou cardiovasculaire. Certains compléments sont même contre-indiqués pour plusieurs cancers, comme celui de la prostate ou du sein.

Les Français accros aux compléments alimentaires ?

Selon une étude publiée par NutriNet Santé, l’automédication concerne 45 % des consommateurs. Seuls 55 % d’entre eux se les sont fait prescrire ou conseiller par un médecin.

En France, 15 % des hommes et 28 % des femmes en consomment au moins trois jours par semaine, soit environ un Français sur quatre. Censés compléter notre régime alimentaire, les compléments alimentaires pourraient donc bien être surveillés de plus près dans les prochains mois.

> Lire aussi : « Des compléments alimentaires anti-cholestérol pointés du doigt«  

Charlotte Loisy