Les dragons ont-ils existé ?

Figures incontournables de l'imaginaire collectif, les dragons sont généralement considérés comme un simple mythe. Pourtant, certains sont persuadés qu'ils ont réellement existé. Qu'en est-il ?

0
22356
Malgré des différences de représentation, les dragons sont présents dans toutes les civilisations. ©ThinkStock

Mythe ou réalité ? Serpents géants volants, les dragons sont des créatures à la fois fascinantes et effrayantes. Très présents dans le cinéma et la littérature fantastiques (Le Hobbit, Game of thrones, Eragon…), ils sont associés aux légendes et à la mythologie, et peu de personnes les croient réels. Néanmoins, ils sont quelques-uns à penser qu’il s’agit de grands reptiles ayant survécu à l’extinction des dinosaures…  

Les dragons, présents dans toutes les civilisations

Pour la civilisation sumérienne (première véritablement urbaine), le dragon Tiamat est la mère du chaos à l’origine de la création de la Terre et du ciel. Dans la Grèce ancienne, les dragons représentaient la force de la nature, puissante et incontrôlable. On les voyait aussi comme des amateurs de trésors et d’objets précieux, thème récurrent encore aujourd’hui.

Pour plusieurs peuples précolombiens, dont les Mayas et les Aztèques, le dragon est aussi une créature importante. Le dieu Quetzalcóatl, la principale divinité, n’est autre qu’un immense serpent à plumes comparable à un dragon.

Dans la Bible, le dragon symbolise le Mal. Comme les chevaliers dans les contes de fée, les Saints combattent les dragons, souvent pour passer un rite d’initiation prouvant leur courage. Des gravures représentent souvent Saint-Georges et Saint-Michel face aux créatures.

Comment des peuples si éloignés les uns des autres et n’ayant aucun moyen de communication auraient pu représenter la même créature si celle-ci n’existait pas ? Pour certains, c’est là la preuve formelle de leur existence. Mais est-ce suffisant ?

Tantôt cracheurs de feu, tantôt cracheurs de glace

Les dragons sont représentés de manière différente selon les régions. En Europe, ils sont malfaisants, diaboliques et crachent du feu. De nos jours, cette vision a tendance à s’estomper au profit d’une image plus amicale, véhiculée notamment dans les films pour enfants.

En Asie, ils sont au contraire associés à l’eau et à la chance. Lors du nouvel an chinois, les danseurs manient des dragons colorés en papier pour se porter chance durant toute l’année. On dit même que les grands empereurs étaient des descendants de dragons, symbole d’autorité et de force.

Dans les pays scandinaves, les dragons crachent parfois de la glace, certains peuvent même parler.

Pourquoi de telles différences selon les cultures ? Dans son livre “Géants, monstres et dragons : une encyclopédie du folklore, légende et mythe”, Carol Rose soutient que les hommes ont toujours eu besoin de construire des mythes. D’anciens grands oiseaux les ont peut-être impressionnés au point qu’ils s’imaginent ces créatures nommées “dragons”.

Existence des dragons : une impossibilité naturelle ?

Une autre question taraude les experts : un animal vertébré peut-il concrètement avoir six membres ? Aucun fossile de ce genre n’a été découvert jusqu’ici. Les vertébrés ont quatre membres alors que les dragons sont censés posséder quatre pattes et deux ailes.

Pour le paléontologue de l’American Museum of Natural History Jack Conrad, l’existence des dragons est peu probable : “Il semble que chaque fois que la nature essaie de générer un vertébré hexapode, il meurt. Cela semble être la principale limitation”, a t-il déclaré au site du magazine Popular Science.

L’existence des dragons est donc plus une question de foi que de certitude. Les scientifiques sont réticents à cette idée mais les hommes ne sont pas prêts d’oublier ces créatures présentes dans notre imaginaire depuis des millénaires.

> Lire aussi : Le mythe du yéti enfin résolu ?

Charlotte Loisy