Les Européens ont pris 11 centimètres en un siècle

Depuis 30 ans, les hommes européens seraient 11 centimètres plus grands qu’en 1970. Cette croissance sans précédent s’expliquerait par les progrès de la médecine.

0
1458
L'homme européen grandit d'un centimètre tous les dix ans ©ThinkStock

L’étude de Timothy Hatton, économiste à l’Université d’Essex en Grande-Bretagne, révèle qu’entre 1870 et 1980, l’homme européen a gagné 11 centimètres. Il a étudié les mensurations des hommes, prises lors du service militaire. Les résultats ne concernent donc pas les femmes. Il a exploité des données portant sur des jeunes adultes d’environ 21 ans, nés entre 1870 et 1980, dans 15 pays européens différents. La taille de ces hommes augmente d’environ un centimètre par décennie sur cette période.

Le chercheur observe que dans les 15 pays étudiés, tous connaissent ce même phénomène d’accélération du taux de croissance, bien que ces derniers soient variables d’un pays à l’autre.

Pendant la première partie du XXe siècle, ce sont surtout les hommes d’Europe du Nord qui grandissent considérablement. Les Danois, par exemple, prennent 1,83 centimètre sur la période 1911-1955 alors que sur la deuxième moitié du siècle leur taille n’augmente « plus que » de 1,37 centimètre tous les dix ans. Ils mesurent aujourd’hui en moyenne 1,82 m.

Sur la fin de la période étudiée par l’économiste, ce sont les Européens du Sud qui voient leur taille augmenter significativement. Les Français passent d’une croissance de 0,57 centimètre entre 1870 et 1911, à 1,10 cm jusqu’en 1951, puis à 1,16 cm de 1951 à 1980. Ils atteignent aujourd’hui 1,76 m en moyenne.

Les Européens grandissent plus que les Asiatiques, les Africains ou les Nord-Américains

Les résultats de Timothy Hatton démontrent en parallèle que cette évolution de la taille des Européens est bien au-dessus du taux de croissance des hommes nés en Asie, en Afrique ou en Amérique latine sur la période 1870-1980.

L’étude britannique rapproche ces évolutions de la taille des hommes en Europe à la lutte contre les maladies, qui se reflète extrêmement bien dans la baisse de la mortalité infantile entre 1870 et 1980, selon le chercheur.

Solène Medjeri