Les femmes paient les produits du quotidien plus cher que les hommes

Sans même s'en rendre compte, les femmes paient les produits du quotidien plus chers que les hommes. Du rasoir au coiffeur en passant par le pressing, les inégalités sont frappantes.

0
1327
Les femmes dépensent en moyenne 1.000 euros par an de plus que les hommes pour des produits et services similaires. ©ShutterStock

La « women tax », vous connaissez ? Si vous êtes une femme, vous la subissez quotidiennement et ce, sans peut-être même vous en rendre compte. Egalement appelée la « fémini-taxe » ou la « taxe rose », elle désigne le fait de payer un produit plus cher juste parce qu’il est « féminisé ». Un problème sur lequel le gouvernement compte bien se pencher en lançant une étude pour faire un état des lieux.

Des produits deux fois plus chers

Pour prouver que les femmes payent généralement leurs produits du quotidien plus cher que les hommes, le collectif féministe Georgette Sand s’est rendu dans un magasin Monoprix. Les militantes, armées d’une calculette et d’un appareil photo, ont ainsi constaté qu’un même rasoir était vendu deux fois plus cher au rayon femmes qu’au rayon hommes. Seule différence entre les produits ? La couleur de l’emballage (rose pour les femmes et bleu pour les hommes, évidemment).

Même constat pour les déodorants Narta et les brosses à dents Sanogyl, plus grandes pour les hommes et pourtant moins chères de 16 centimes.

Après ce constat, le collectif Georgette Sand a lancé une pétition en ligne la semaine dernière. Nommée « Stop aux produits plus chers pour les femmes », elle a déjà recueilli plus de 20.000 signatures.

Monoprix s’explique

Interrogé par Le Parisien, Monoprix réplique. « L’écart de prix entre les références pour les femmes et les hommes s’explique par les caractéristiques intrinsèques des produits ainsi que par les volumes de ventes ». Pour les rasoirs, pourtant identiques, Monoprix explique que « les volumes de vente largement supérieurs pour les hommes permettent un prix d’achat inférieur ».

Coiffeur, pressing… tout est plus cher lorsqu’on est une femme

Bien sûr, cette différence n’est pas confinée entre les murs du supermarché. Dans les salons de coiffure, la différence de tarifs est également très nette. En moyenne, une coupe pour homme coûte deux fois moins cher que pour une femme, même lorsque cette dernière a les cheveux courts.

Idem au pressing, où nettoyer un chemisier pour femme coûte nettement plus cher qu’une chemise d’homme.

La « women tax » coûte 1.000 euros par an

Le gouvernement va donc se pencher sur ce phénomène afin d’en mesurer l’ampleur. La secrétaire d’Etat aux Droits des femmes, Pascale Boistard, et la secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’artisanat et de la consommation, Carole Delga, comptent lancer une étude très vaste sur le prix des produits et services : des prêts bancaires aux assurances en passant par les prestations chez les garagistes.

Aux Etats-Unis, des études ont déjà estimé que les femmes dépensaient environ 1.000 euros de plus par an pour des produits similaires à ceux utilisés par les hommes. Une aberration, surtout lorsqu’on sait que les femmes gagnent en moyenne 25 % de moins que les hommes à poste égal.

Mathilde Bourge